Meissonnier

POUR NON-RESPECT DES MESURES ANTI-COVID-19 : Le marché Ferhat-Boussaad (ex-Meissonnier) fermé

La série de sanctions appliquée à de nombreux commerces dans la capitale en raison de leur non-respect des mesures de prévention contre la pandémie du Covid-19, se poursuit. La commission de contrôle et de répression installée à cet effet a décidé, vendredi, de la fermeture du marché communal Ferhat-Boussaad (ex-Meissonnier) relevant de la commune de Sidi-M’hamed à compter d’hier. Cette décision intervient après la fermeture de plusieurs commerces, centres commerciaux et marchés au niveau des différentes communes d’Alger.
«Suite à une sortie sur le terrain effectuée par la commission chargée du contrôle et de la répression au niveau de la circonscription de Sidi-M’hamed en vue de s’enquérir de l’application des mesures de prévention décrétées par l’instruction du gouvernement relative à la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus,  il a été décidé de la fermeture du marché communal Ferhat-Boussaad (ex-Meissonnier) à compter du samedi 25 juillet 2020 », a-t-on indiqué dans un communiqué publié sur la page Facebook de la wilaya d’Alger. La même commission a suspendu, depuis le début du mois en cours, les activités de plus de 60 locaux commerciaux au niveau des communes des Eucalyptus et Baraki. Cependant, elle a relevé un respect « quasi-total » des mesures de prévention par les propriétaires des locaux commerciaux au niveau de la commune de Sidi-Moussa, a ajouté la même source. Cette commission a décidé, depuis le début de ses travaux, le 10 juillet en cours, la fermeture de 246  locaux commerciaux pour non-respect par les propriétaires des mesures de prévention de Covid-19, outre la fermeture de 94 locaux commerciaux au marché Ali-Mellah. De même il a été décidé, depuis le début de la crise sanitaire, la fermeture de 647 locaux, la fermeture immédiate de 47 locaux, de 2 centres commerciaux et de 3 marchés communaux, a conclu la même source. Il faut dire que cette commission doit doubler d’intransigeance en ces jours qui précédent l’Aid El-Adha. Alors que le nombre de contaminations a largement dépassé la barre des 600 cas depuis quelques jours, il se trouve que le rush sur les commerces observé habituellement à la veille de la célébration de chaque Aïd compliquera davantage la situation. L’on rappellera, à ce propos, la hausse des contaminations constatée quelques jours seulement après l’Aid El-Fitr, alors que la situation pandémique était auparavant plus au moins stable. Le contrôle devrait de ce fait être renforcé pour justement éviter ce même scénario.
Ania Nait Chalal