Ouargla

Ouargla : Large opération d’inventaire du patrimoine matériel et immatériel

Une large opération d’inventaire des composantes du patrimoine matériel et immatériel dans les régions d’Ouargla et Touggourt est en cours, dans le cadre d’un plan de sauvegarde et de préservation du legs culturel de la région, avec la mise en avant, en vue de se mettre au diapason des mutations technologiques, de la nécessaire adoption du support de numérisation comme moyen fiable de gestion des conditions de sa sauvegarde.

Lancée ces dernières années, l’opération a été couronnée par l’établissement de documents sur les modes de vie des régions de Oued M’ya (Ouargla) et de Oued-Righ (Touggourt), ainsi que des pans de la vie quotidienne, des variantes linguistiques, des us et coutumes, dont les fêtes nuptiales, les jeux traditionnelles, les effets vestimentaires et les contes et productions lyriques et musicales, a expliqué mardi, à l’APS, le chef de service de la promotion du patrimoine culturel. Abdelmadjid Guettar a précisé que l’opération, qui se poursuit avec le concours de nombreux acteurs, notables, Chouyoukh, historiens et archéologiques, pour l’enrichissement la banque de données monographiques et culturelles sur le legs immatériel de la région, s’assigne en premier lieu la préservation du patrimoine culturel populaire ancestral et la classification des composantes de ce legs, partie intégrante de la culture nationale. Destinés à la préservation du label culturel de la région, ces documents seront mis à la disposition des différentes catégories concernées par l’histoire et le patrimoine, archéologues et chercheurs, y compris les étudiants, pour puiser de ce legs et valoriser des pans et valeurs culturels de la région, à transmettre aux futures générations, a-t-il ajouté. Selon le même responsable, des démarches sont en cours pour mettre en place les mécanismes et moyens susceptibles de réhabiliter et de protéger cet héritage immatériel, dont l’organisation de manifestations, expositions et rencontres, à même d’impliquer l’ensemble, notamment les jeunes, dans la sauvegarde de cette richesse culturelle séculaire. Il a, à ce titre, mis l’accent sur la fédération des efforts pour la mise en valeur de ce legs et la consolidation des liens intergénérationnels dans le but d’ancrer la conscience de préservation de ce patrimoine. Entre-autres moyens préconisés pour la protection du patrimoine local, l’ouverture d’un institut d’archéologie dans la région, chargé de l’examen et l’étude du legs matériel et immatériel du sud du pays, sa vulgarisation à échelles locale et nationale, ainsi que l’ouverture d’ateliers au niveau des établissements de la formation professionnelle sur les composantes du patrimoine, dont les modes d’architecture locale, les habitudes culinaires, le tissage, la tapisserie et d’autres.

La numérisation, un support pour la préservation du patrimoine
Abdelwahab Sahraoui, chercheur en patrimoine de la région, a, de son côté, mis en avant la nécessaire adoption, dans le cadre de l’exploitation des nouvelles technologies dans la protection du patrimoine, du support de numérisation comme moyen fiable de gestion des conditions de sauvegarde du patrimoine, sa vulgarisation et sa transmission aux futures générations. Ce chercheur a estimé que la conversion dans le traitement de ce patrimoine d’une approche traditionnelle à un Process moderne est dictée par les mutations technologies, en vue de se mettre au diapason de ce développement et d’insérer le patrimoine dans un système scientifique moderne. Ce nouveau procédé, a-t-il expliqué, permettra de hisser cet héritage du niveau local au mondial, à travers l’ouverture de sites et supports électroniques spécialisés mettant en relief la richesse archéologique aussi bien de la région d’Ouargla que du sud du pays en général. Le programme arrêté à Ouargla au titre de la célébration du mois du patrimoine (18 avril-18 mai), prévoit diverses activités culturelles qu’abrite la Maison de la Culture ‘’Moufdi Zakaria’’ au chef-lieu de wilaya, dont des expositions sur le patrimoine matériel et immatériel (artisanat, métiers ancestraux, vannerie, tissage), ainsi que d’autres sur les manuscrits.