13.9 C
Alger
3 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Mendicité en milieu urbain à Constantine : laxisme et lois aux oubliettes ?

Dans le cadre de la lutte contre le phénomène de la mendicité à travers la ville, et dans la perspective de son éradication progressive, le responsable du service au niveau de la direction de l’action sociale et de la solidarité de wilaya en charge de la prise en charge des sans-domiciles-fixes (SDF) ainsi que la lutte contre la mendicité en milieu urbain, nous a indiqué que des propositions dans ce sens vont être soumises au procureur de la République prés la cour de Constantine en vue de réactiver certaines dispositions des lois coercitives ayant trait à la mendicité.

En effet, selon notre interlocuteur l’article 195 de la loi n° 82-04 du 13 février 1982, ayant trait à la mendicité et le parasitisme, est on ne peut plus éloquent et stipule : «Est puni de l’emprisonnement d’un à six mois quiconque ayant des moyens de subsistance ou étant en mesure de se les procurer par le travail ou tout autre manière licite, s’adonne habituellement à la mendicité en quelque lieu que ce soit.» Par ailleurs, l’article 196 de la même loi stipule que celui qui est coupable de vagabondage est aussi puni d’un à six mois de prison, alors que pour l’article 196 bis, les mineurs de moins de 18 ans peuvent faire l’objet de mesures de protection et de rééducation. En tout état de cause, si les propositions aboutissent, nous allons probablement connaitre un fléchissement de ce phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières années, où le nombre de ces mendiants et mendiantes ne cesse d’augmenter.
D’ailleurs, il nous été donné de constater qu’a certains moments ce sont des familles entières avec leurs bébés sur les bras qui squattent les trottoirs pour attirer l’attention des passants, afin de solliciter leur générosité. Mais, il a été aussi prouvé à maintes reprises que dans le tas, de nombreux faux mendiants ont été débusqués par les services de la DAS. Et toujours selon notre source, «il y en a même qui débarquent des autres wilayas, rien que pour faire la manche dans une grande ville telle que Constantine, ni vu ni connu semble être leur credo», nous a encore précisé la même source.
Alors faut-il s’attendre à une véritable «chasse» aux mendiants et autres SDF pour circonscrire ce phénomène rampant ? les lois coercitives existent, faut-il alors les appliquer pour dissuader les plus tenaces à recourir à ce genre de «parasitisme» qui gangrène les artères et autres places de la ville.L’avenir nous le dira.
Mâalem Abdelyakine

Related posts

Affaire du vol de 1,9 milliard de la poste de Hammam Bou Hadjar : AP fait appel auprès de la cour

courrier

Réfugiés à Ténès : un drame humanitaire aux portes de la ville

courrier

Jijel : 200 hectares pour une 1ère expérience de culture de tournesol

Redaction

Oran : Enlèvement de plus de 400 tonnes de détritus au lac Oum Gheilaz

courrier

Concessionnaires agricoles à Béchar : Les exploitants demandent le départ du directeur des domaines

courrier

Sidi Bel-Abbès : Coup d’envoi de la campagne labour-semailles

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.