15.9 C
Alger
2 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Manifestation contre le gaz de schiste : Ghoul dénonce l’instrumentalisation du front social

Le président du parti TAJ (Tajamoû Amel al-Djazaïr), Amar Ghoul, a reçu, hier à son bureau national, le président de l’ANR (Alliance nationale républicaine) Belkacem Sahli, avec qui il a abordé plusieurs questions d’actualité dans notre pays.
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de l’initiative de TAJ, portant la construction d’un débat politique national consensuel. Elle intervient après celle organisée, en décembre écoulé, avec Abdelaziz Belaïd , président du FM (Fron El-Moustakbel). Lors de la rencontre d’hier, il a été procédé au débat autour de plusieurs questions d’actualité politique, économique, sociale et sécuritaire. Les deux partis ont exprimé leur satisfaction, quant au déroulement du débat «fructueux», focalisé sur la chute des prix du pétrole, et l’opposition des habitants du sud du pays à l’exploitation du gaz de schiste. Il a été aussi question d’aborder la relance des consultations autour de la révision de la Constitution, l’initiative du FFS portant la préparation de la conférence nationale du consensus, ainsi que le projet de la CNTLD de préparation d’une transition démocratique pacifique. Le président du l’ANR a déclaré que les deux partis partagent plusieurs points de vue, notamment en ce qui concerne l’implication de toutes les parties de la société, y compris les partis de l’opposition, dans les consultations autour de la Loi fondamentale. Un projet se voulant rassembleur, et encourageant, selon Sahli, les libertés et droits fondamentaux dans notre pays. Sur le plan économique, les deux côtés trouvent que la situation actuelle est inquiétante, mais pas dangereuse, du fait que l’Algérie s’est préparée pour affronter la crise. Insistant sur l’urgence d’encourager les programmes de construction d’une économie hors hydrocarbures. Les volets, sécuritaire et diplomatique, ont été aussi évoqués lors de cette rencontre. Les deux partis ont conclu l’importance de la solidarité de tous les Algériens, face aux tentatives visant la stabilité du pays, aussi bien sur le plan politique que militaire.
Commentant les dernières manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste, Amar Ghoul a dénoncé des tentatives d’instrumentalisation du front social pour des fins diverses. Il met en garde contre l’intox qui fait, selon lui, que plusieurs mouvements sociaux sont le produit de manipulations politiciennes. Ajoutant que la prolifération de la violence dans la rue est un danger sur la stabilité du pays. Pour lui, plusieurs revendications brandies par le front social sont infondées, et résultent de manipulations venues de l’intérieur et de l’extérieur du pays.
C’est pour cela qu’il a insisté sur la nécessité d’encadrer les revendications sociales dans un cadre pacifique. «La conjoncture n’est plus celle de s’entredéchirer. Elle exige le rassemblement de tous les Algériens pour faire face aux défis de l’heure», a-t-il martelé. Un avis que partage, en effet, Belakcem Sahli. Lui qui renchérit que certaines parties, qui se rendues à In Salah, allusion faite au FFS, ne font pas le nécessaire pour calmer la colère citoyenne. Précisant que son parti s’attelle à encadrer les manifestants et éviter les dérives. Pour Amar Ghoul, il est plus que jamais nécessaire d’unir les rangs des Algériens pour la solidarité sociale, et le consensus national. Applaudissant, dans ce contexte, l’initiative du FFS portant la préparation de la conférence nationale du consensus. Amar Ghoul fustige certaines parties de tentatives de récupération de la colère sociale, et instrumentalisation de la crise pour des fins inavouées.
«Certaines parties veulent, à travers des idées politiques et mouvements sociaux, diviser les rangs des Algériens», a-t-il averti. Concernant les défis économiques, Ghoul estime que le projet de construction d’une économie, hors hydrocarbures, n’est pas de tout repos pour le gouvernement. Il a conditionné la réussite de ce projet à l’engagement de toutes les parties de la société, dans le cadre d’un consensus politiques. Dans ce contexte, il annoncera que TAJ se prépare pour l’organisation, prochainement, d’une conférence économique autour du sujet, et qui regroupera des experts et partenaires économiques algériens. Ghoul a invité notamment les partis de l’opposition à adhérer, massivement, au projet de la révision de la Constitution.
Salim Nasri

Related posts

Saâdani sur l’initiative des 19 personnalités : «personne n’a le droit d’auditionner Bouteflika» 

courrier

Campagne anti-algérienne : les élucubrations d’un agent multicartes

courrier

La 3e édition d’ « Algeria Investment conference » du 18 au 19 décembre 2023 au CIC : Relancer le climat des affaires

Redaction

Habib Yousfi alarmiste : «une situation économique mauvaise et grave»

courrier

IMPACT DU CORONAVIRUS SUR L’ALGÉRIE : Le défaut de la communication publique fait place à la panique

courrier

DEUXIÈME SEMAINE DU « DÉLUGE D’AL-AQSA » : La Résistance palestinienne tient bon

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.