Le P-DG de Sonatrach rassure sur l’exploitation du gaz de schiste et maintient : «Nous n’arrêterons pas l’exploration à Ahnet»

Pour Sonatrach, il n’est pas du tout question de cesser l’opération d’exploration du gaz de schiste. C’est ce qui ressort de fondamental des déclarations du P-DG par intérim de l’entreprise publique, Saïd Sahnoun, hier à l’occasion d’une conférence de presse consacrée exclusivement à la question de cette source d’énergie non conventionnelle.
«Nous sommes à l’étape de l’évaluation de cette ressource énergétique », a dit de prime abord le P-DG tout en annonçant qu’après avoir achevé l’exploitation du site d’Ahnet à In Salah, dans la wilaya de Tamanrasset, il sera procédé au forage d’un autre puits. Cependant, le responsable n’a pas donné de plus amples détails sur ce projet. La phase actuelle c’est celle de l’évaluation économique du projet et les experts de Sonatrach maîtrisent les techniques du forage, selon le P-DG. Appelant à la rescousse les médias afin de prôner la poursuite de l’exploitation du gaz de schiste, Saïd Sahnoun a notamment expliqué qu’il était temps de rétablir certaines vérités et démystifier les faits comme ça été le cas en Algérie. «De par le monde, il est fait état de l’importance de l’exploitation de ces ressources pétrolières. L’Algérie et Sonatrach ne peuvent rester en marge de cette tendance», a souligné le responsable. Parmi les objectifs assignés à cette conférence figure en pole position celui de rassurer les concitoyens. Au sujet d’Ahnet, le conférencier a clairement dit : «Nous sommes ouverts au dialogue et nos techniciens qui sont sur place ont donné à ceux qui les ont sollicités toutes les informations utiles et nécessaires», a-t-il tenu à souligner. L’industrie n’est pas dénuée de risques et il n’y a aucune différence entre le forage d’un puits conventionnel et un puits non conventionnel, a-t-il lancé tout en répétant que les aspects règlementaires et environnementaux ont été très largement débattus, citant à l’appui la Conférence internationale sur l’industrie du gaz en Algérie, organisée au mois d’octobre 2014 à Oran. Les techniciens et les ingénieurs de Sonatrach maîtrisent la technique de la fracturation hydraulique qui se pratique pour les ressources conventionnelles depuis des décennies. Un total de 1 756 puits ont été forés ces quinze dernières années dont 1 127 dans le cadre du développement et 629 en matière d’exploration, a expliqué Saïd Sahnoun. Sonatrach est une entreprise citoyenne et responsable, a-t-il rétorqué à une question portant sur les risques induits par l’exploitation du gaz de schiste. Reconnaissant que la communication sur le sujet n’a pas été probante, Said Sahnoun a déclaré que présentement Sonatrach en était à la phase de partager les expériences et les technologiques de cette exploitation avec ses partenaires étrangers. Toutefois, il a admis que les coûts de l’exploitation du gaz de schiste ne sont pas encore déterminés. «Les résultats sont très encourageants », a-t-il cependant insisté, ajoutant : « Nous sommes dans une phase d’appréciation de la faisabilité technique de cette exploitation et aussi afin d’avoir une visibilité sur le plan économique».

Offshore
Sonatrach s’attèle actuellement à finaliser les études pour une exploitation en offshore et la priorité a été accordée à la région-Est du pays notamment à Béjaïa, a annoncé le P-DG de Sonatrach estimant que ces études seront définitivement arrêtées vers la fin de l’année en cours. À l’international, Sonatrach est sur des projets de prospection au Mozambique, en Tanzanie, au Kenya et prochainement en Égypte. Sur un autre registre, il a énuméré les entreprises pétrolières qui ont passé des accords avec Sonatrach, dont Anadarko, Shell, Repsol, Statoil et BP. Lors de la conférence intitulée sur le forage des puits de gaz de schiste et à laquelle ont été conviés les représentants du ministère de l’Énergie, des cadres de Sonatrach ainsi que les représentants de l’UGTA, il a été fait état lors d’exposés très didactiques sur les techniques de l’exploitation particulière accordée au gaz de schiste, à savoir, une présentation sur la « cimentation des puits et le traitement des déchets», une présentation sur «l’activité de forage», une présentation sur le «respect de l’environnement» ainsi que la présentation de trois des filiales de Sonatrach, respectivement l’ENTP : Entreprise nationale des travaux aux puits, l’Enafor : Entreprise nationale du forage et le Groupe ENSP : Entreprise nationale des services aux puits.
Mohamed Djamel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>