Rasd

Le Front Polisario répondra « avec la même force à l’action de l’ennemi »

Le Front Polisario a assuré qu’il répondra à l’attaque marocaine menée par les drones israéliens et qui prouverait l’implication de certains des partenaires du régime marocain. Après cinq mois de lutte armée entamée le 13 novembre dernier, les combats se sont à nouveau intensifiés au Sahara occidental après que les forces d’occupation marocaines ont mené une attaque meurtrière contre le chef de la Garde nationale sahraouie Dah El Bendir. Le ministère sahraoui de la Défense a confirmé que l’attaque contre leurs positions avait endommagé certains véhicules militaires et fait un mort et deux blessés, sans donner plus de détails. Cependant, une source militaire citée par le site en ligne « El Confidential » sahraoui a reconnu qu’une unité sahraouie a reçu deux frappes aériennes de précision contre ses positions, récemment installées tout près du mur de défense militaire marocain. Les bombardements marocains « ont réussi », puisqu’ils ont laissé des véhicules complètement détruits », précise la même source ajoutant que des agents de reconnaissance sahraouis ont été blessés et qu’« ils ont été transférés dans les hôpitaux sahraouis. De son côté le ministre-conseiller chargé des affaires politiques à la présidence de la République, a estimé dans un entretien de presse que l’utilisation de drones par le Maroc dans des frappes aériennes contre l’armée sahraouie a ouvert « la porte à l’utilisation de toutes les armes à la portée de l’armée sahraouie ». « Nous répondrons avec la même force à cette action de l’ennemi contre Dah El Bendir », a-t-il déclaré. Concernant précisément l’utilisation de drones d’attaque par le Maroc, Bachir Mustapha Sayed a expliqué que « l’utilisation de drones par l’armée marocaine a été repérée avant même le déclenchement de la guerre le 13 novembre ». « Le Maroc a utilisé des drones pour la reconnaissance, la détection, l’identification et la cartographie, et après la guerre, leur utilisation s’est encore intensifiée, en particulier après l’opération à Touizgui, dans le sud du Maroc » », a-t-il précisé. Selon Bachir Mustapha Sayed, le drone marocain est utilisé pour la reconnaissance et la détection, pour attaquer une cible lorsqu’elle est proche du mur, et est également utilisé pour diriger des missiles de guidage. « Notre réponse sera à la mesure des nouvelles armes que le Maroc a introduites sur le champ de bataille et s’ouvre la porte de + l’enfer+ pour l’utilisation de toute arme dans l’arsenal de l’armée sahraouie », a promis Bachir Mustapha Sayed.
M. Bendib