le-puits

Le film de Lotfi Bouchouchi ne cesse de rafler des prix : «Le Puits» sera présent à la 89e Édition des Oscars

N’ayant pas cessé de rafler des prix cinématographiques, à travers le monde, depuis sa sortie en novembre 2015, à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de la Révolution de Novembre-54, le film «Le Puits» du réalisateur algérien, Lotfi Bouchouchi, sera présent à la 89e Édition des Oscars, aux États-Unis, dans la catégorie «Meilleur film en langue étrangère».

Choisi par le Comité local de sélection, présidé par le grand cinéaste Mohammed-Lakhdar Hamina, pour représenter l’Algérie aux prochains Oscars, Lotfi Bouchouchi a exprimé, hier, le souhait de voir son film projeter sur les grands écrans, à travers le territoire national, pour que les cinéphiles algériens, en particulier, et le grand public, en général, puissent le voir. Ne manquant pas de souligner, plus loin, que «le cinéma, c’est la mémoire d’un peuple». Si l’objectif visé par la réalisation d’un film est de susciter intérêt et émotion, les critiques ont affirmé que “Le Puits” a réussi à le faire, ce qui lui a valu succès et trophée, à ce jour, et de grandes chances d’en décrocher d’autres. Pour le réalisateur, c’est «l’honnêteté» et «le recul», a-t-il indiqué, hier, au Forum d’El-Moudjahid, qui ont animé son professionnalisme pour porter sur le grand écran une des histoires de la grande marche du peuple algérien pour sa liberté et son indépendance. Et, ce qui a permis, notamment, à donner une âme au film “Le Puits”, c’est la nouvelle approche cinématographique qui se dégage de ce long-métrage sur la guerre de Libération, où le héros du film est le peuple algérien, les habitants d’un village, des femmes, des enfants et des hommes, vieux et moins vieux. Il est à rappeler que le dernier-né de Lotfi Bouchouchi a été choisi par le Comité de sélection présidé par Lakhdar Hamina, et composé de six membres, dont le critique de cinéma Ahmed Bedjaoui et le réalisateur Yazid Khodja, a reçu également pour la sélection de la 98e Édition des Oscars, le film «La route d’Istanbul» du réalisateur franco-algérien, Rachid Bouchareb, et que finalement le choix a été porté sur «Le Puits», en raison de son «originalité» et sa «sensibilité» puisées dans le vécu algérien. Mohammed-Lakhdar Hamina, l’unique réalisateur algérien, lauréat de la “Palme d’Or” du Festival de Cannes en 1975, a expliqué, lors d’une conférence de presse sur «Le Puits», que le Comité avait pris en compte des paramètres cinématographiques, relatifs à la mise en scène, le jeu d’acteurs et la musique, entre autres. Produit par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), ce long-métrage de 90 minutes apporte, dans l’histoire du cinéma algérien, un nouveau regard sur l’Histoire de la guerre de Libération nationale, et les pratiques du système colonial français, à travers les souffrances des villageois du Sud algérien, durant la nuit coloniale, assiégés par les soldats français et manquant, terriblement, d’eau, bien que le village soit doté d’un puits. Confrontés à la soif et aux soldats français, le dilemme de choisir leur mort se pose à eux, et pour connaître la suite… il faut aller voir le film. «C’est une première expérience et une belle aventure», dira le réalisateur, dont son film a été plusieurs fois primé. “Le Puits”, pour rappel, a raflé le Grand prix du Meilleur long-métrage au 9e Festival international du film de Mascate, Sultanat d’Oman, en plus de quatre prix, lors du 31e Festival du cinéma méditerranéen d’Alexandrie, Égypte, dont le Grand prix du Meilleur film arabe. Le film de Bouchouchi a réussi également à remporter le Grand prix du 5e Festival maghrébin du film d’Oujda, Maroc, et le prix du Meilleur réalisateur au 9e Festival international d’Oran du Film arabe (Fiofa). Et c’est par ce palmarès qu’il sera présent, aussi, à la 98e Édition des Oscars, où il y aura 90 à 100 films sélectionnés à travers le monde, et 500 électeurs qui choisiront, en décembre prochain, 10 films pour la short-list. Suite à quoi, de la mi-décembre à la mi-janvier, 7 000 électeurs voteront pour cinq films qui seront nominés pour poursuivre leur parcours jusqu’à la tenue de la prochaine manifestation des Oscars, et un seul d’entre eux sera oscarisé au bout du compte, Meilleur film en langue étrangère. Scénario de Yacine Benelhadj et d’après une nouvelle originale de Mourad Bouchouchi, le film “Le Puits” a réuni des comédiennes et comédiens de talent et de nouveaux visages prometteurs. Citons la comédienne Nadia Kaci, Zahir Bouzerar, Layla Metsitane, Ourais Achour, Mohamed Adar, Laurent Maurel, Mabrouk Farroudji, Hania Amar, Djamila Bahr, Abdelkader Slimani, Mouni Boualem, Slimi Slimane et Nadjib Djendi.
Karima Bennour