Mohamed Ouadjaout

LE DOSSIER DU STATUT PARTICULIER SERA AU CENTRE DES DÉBATS : Ouadjaout entame les pourparlers avec les syndicats à partir de demain

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé l’entame à partir de demain 17 mai, d’une série de rencontres de négociations et de concertation avec l’ensemble des syndicats du secteur. Les discussions se porteront notamment sur la question de la révision des statuts particuliers, principale revendication des travailleurs.
Après l’échec des réunions organisées avant la grève du 9 au 11 mai dernier, le ministère de l’Éducation tente une seconde fois la carte de l’apaisement en invitant ses partenaires sociaux à discuter pour trouver des solutions concrètes aux problèmes soulevés. Dans un communiqué publié sur le site officiel facebook, il est écrit ; « Dans le cadre de la poursuite de la série de rencontres bilatérales programmées par le ministère avec les partenaires sociaux pour aborder et débattre des préoccupations d’ordre éducatif, social et professionnel, le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Ouadjaout, recevra, à partir du 17 mai prochain, les représentants des syndicats du secteur ». Il a été précisé, dans le même document, que les préoccupations à caractère éducatif et socioprofessionnel, notamment la révision du statut particulier, sont à l’ordre du jour, signalant enfin que le ministre Ouadjaout réitère sa volonté sincère de fonder une nouvelle approche, à même de faire prévaloir la politique de dialogue et de concertation dans le traitement des préoccupations soulevées. Pour rappel, plusieurs mouvements de contestations organisés par différents corps ont touché ces dernières semaines le secteur du l’Éducation nationale. Le 9 mai dernier, soit avant l’Aïd, 14 syndicats se sont alliés et ont initié un mouvement de grève de trois jours à l’échelle nationale, touchant les trois paliers éducatifs et tous les grades. Un mouvement qui risque de s’aggraver et de se durcir notamment à la prochaine rentrée sociale si les préoccupations des travailleurs ne sont pas sérieusement prises en considération, menace la coordination qui réclame au passage audience auprès des hautes instances du pays. À noter que les travailleurs de l’éducation réclament l’amélioration du pouvoir d’achat, le rétablissement de la retraite anticipée, la révision du système de primes, la révision du statut particulier, et l’annulation du système de contractualisation ainsi que l’intégration des travailleurs professionnels. Sur le plan pédagogique, ils demandent la révision des programmes et des manuels scolaires et l’amélioration du système éducatif.

Les parents d’élèves appellent à l’intervention du Président
Inquiète de la montée en puissance de la grogne des travailleurs de l’Éducation et des répercussions que cela entraîne sur la scolarité des élèves, l’association nationale des parents d’élèves a appelé à l’intervention du président de la République pour l’application concrète des engagements pris en faveur des enseignants et de mettre fin surtout aux perturbations qui touchent le secteur depuis 30 ans. Par ailleurs, l’association présidée par Khaled Ahmed affirme avoir eu des promesses des responsables du ministère pour l’achèvement de l’année scolaire dans de bonnes conditions assurant que les élèves seront examinés uniquement sur les programmes ayant été dispensés en présentiel.
Ania Nait Chalal