Eaup4

LA PÉNURIE D’EAU POTABLE SÉVIT DANS CERTAINS QUARTIERS À ALGER : Les citoyens commencent à perdre patience

La pénurie de l’eau potable se pose encore avec acuité dans plusieurs quartiers à Alger, notamment ces derniers jours qui suivent la fête de l’Aïd El-Adha et ce, en dépit des assurances de l’agence de l’Algérienne Des Eaux ou (ADE) qui a expliqué, selon son directeur général, Ismaïl Amirouche que les coupures d’eau durant l’Aïd El-Adha sont dues à une panne électrique et que la distribution de l’eau potable à travers tout le territoire national a été correctement assurée durant les deux jours de l’Aïd. Le manque de ce liquide précieux continue, en effet d’affecter plusieurs cités à Alger, à Chéraga, à Ouled Fayet etc. Des citoyens rencontrés, surtout les commerçants et les ménages ont tiré la sonnette d’alarme contre cette problématique d’eau qui persiste encore. À cet effet, ils précisent qu’ils sont privés d’eau en pleine saison estivale : «Nous voulons de l’eau potable, nos robinets sont à sec depuis des mois », ont-ils dénoncé. Et d’ajouter : «Malheureusement, nous n’arrivons pas à trouver une explication à cette situation. C’est vraiment agaçant !».
Ainsi, plusieurs cités et quartiers au Plateau d’Ouled Fayet souffrent toujours du manque flagrant en eau potable : « Certains disent que des fuites d’eau ont été enregistrées sans être réparées », estiment certains jeunes interrogés. Même cas pour le quartier « Moulahoum » où des habitants de ce Haï sont, toujours privés d’eau depuis le premier jour de l’Aïd El-Adha. Aussi et selon leurs témoignages, l’eau se remet à couler à trois heures du matin : « Il faut se lever à cette heure tardive de la nuit pour la stocker », nous dira, Ami Rachid, habitant le même quartier. D’autres riverains se disent, par contre qu’ils se sont mis à l’eau minérale pour satisfaire leurs besoins en eau, d’autres révèleront, ainsi : « Pour ma part, j’ai opté à l’achat d’une citerne d’eau pour couvrir, aussi mes besoins en eau », explique, Boualem, 55 ans. Pour sa part, chérif à précisé, en revanche que : « Pour se laver ou faire la cuisine, j’ai acheté une citerne d’eau à 2 000 DA, du coup, j’ai rempli des bidons, des jerricans pour nettoyer la maison et les toilettes». Il convient de rappeler, par ailleurs, que suite à ces perturbations d’eau, plusieurs actions de protestations se sont multipliées depuis la semaine dernière, des dizaines de citoyens de la ville de Lakhadria (Nors-ouest de Bouira) ont fermé te tronçon de l’autoroute Est-Ouest à l’aide d’objets hétéroclites pour protester contre le manque criard d’eau potable qu’ils endurent depuis plusieurs mois. Aussi, les protestataires, des jeunes pour la plupart ont mis des barricades (pierres et troncs d’arbres notamment) sur la voie autoroutière causant un énorme embouteillage, ce qui a amené les membres de la gendarmerie à intervenir pour rouvrir le tronçon autoroutier aux automobilistes pris en otage deux heures de temps.
Mehdi Isikioune