Congres americain

FINANCEMENT DES EXERCICES MILITAIRES CONJOINTS : Le Congrès US impose des conditions au Maroc

Désormais, le financement des exercices militaires conjoints entre les États-Unis et le Maroc ne sera plus comme avant. Force est de constater que depuis l’arrivée de l’administration Biden, les engagements de Trump au Maroc tombe l’un derrière l’autre. En effet, le Congrès américain conditionne désormais le financement de tout exercice militaire avec le Maroc par un engagement officiel marocain d’adopter des démarches en faveur du règlement du conflit au Sahara occidental. Ce qui est synonyme de relance du processus onusien pour des négociations Front Polisario-Royaume marocain et de là, l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. Ainsi, selon le Congrès, le Pentagone ne serait autorisé à utiliser les fonds inscrits dans la loi de finances 2022 au soutien de la participation des forces marocaines a un exercice conjoint ou multilatéral que si le ministre de la Défense US assurait aux commissions de défense du Congrès que le Maroc « ait pris des démarches en soutien à l’accord de paix définitif avec le Sahara occidental. » Réagissant à cette décision qui inflige un nouveau camouflet à Rabat, une source diplomatique algérienne a estimé  qu’il s’agissait d’ « un énorme coup de pression de la part du Congrès américain sur le département d’État, le département de la Défense et sur le royaume du Maroc ». Selon la même source, le Congrès US « veut pousser le Maroc à négocier de bonne foi et sans préconditions avec le Front Polisario », ajoutant que « C’est une manière très forte de dénoncer la mauvaise foi et l’entêtement du Maroc qui entrave de manière inadmissible la relance du processus politique (Onusien) en vue de parvenir à une solution qui garantit l’exercice par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination ».
F. B.