Mouad Bouchareb

ENGAGEMENT RENOUVELÉ POUR UN CONGRÈS EXTRAORDINAIRE : Bouchareb pourrait-il tenir le rendez-vous avant la présidentielle ?

Après avoir passé victorieusement le test des sénatoriales, Mouad Bouchareb, coordinateur général du directoire du FLN, affiche son prochain défi : organiser le congrès extraordinaire du parti. Depuis sa désignation par le président de la République à la tête de l’instance dirigeante du parti, le nouvel homme fort du FLN joue la carte du rassemblement. Parmi les rencontres qu’il a entamées dès son arrivée, Mouad Bouchareb s’est appliqué à recevoir des personnalités pas nécessairement d’accord, mais qui ont construit à un moment donné l’histoire du parti, bénéficiant ainsi d’une certaine popularité parmi la base militante. Dans la liste de ses hôtes, il n’est pas étonnant de trouver ; Abderrahmane Belayât, Abdelkrim Abada, Salah Goudjil, Abdelaziz Belkhadem. À l’affiche dans l’avenir, Djamel Ould Abbès – SG démissionnaire et prédécesseur de Bouchareb, Amar Saâdani et tants d’autres surprises. Dans ce sens, un communiqué du FLN, samedi soir, a fait état d’une réunion de l’instance de parti sous la présidence de Bouchareb durant laquelle la direction du parti a abordé différentes questions, dont notamment les préparatifs pour le congrès extraordinaire du parti.
Se targuant du score obtenu par son parti lors des sénatoriales du 29 décembre dernier (31 sièges), «une démonstration de force», estime-t-il, Bouchareb a tenu à rappeler que le congrès extraordinaire du FLN constitue désormais «un rendez-vous organique et politique très crucial dans la vie du FLN». Il a affiché ainsi son ambition d’organiser «un congrès rassembleur et de qualité», ce qui lui fait dire encore que «les préparatifs doivent être emprunts d’un haut degré de sérieux afin d’atteindre cet objectif, dans un cadre d’unité et de cohésion». Il a instruit les mouhafadhate du FLN de commencer à préparer les militants pour tenir des congrès de wilayas, une étape pour formuler des plateformes et aller vers le congrès national.
Un flou plane sur l’échancre Bouchareb, qui cependant, n’a pas avancé de date, laissant ainsi les spéculations faire bon cours. Les déclarations de Bouchareb font dire, néanmoins, qu’il entend organiser son congrès avant la présidentielle prochaine, pour permettre une réorganisation de son parti et une bonne disponibilité. Il devrait toutefois reprendre la série de ses rencontres de consultations avec les anciennes figures du parti, ajoutent d’autres sources. Est-ce un pari raisonnable que de tenir un congrès dans moins de 3 mois, c’est-à-dire avant la présidentielle ? Salah Goudjil, sénateur FLN et ancien coordinateur du mouvement de redressement de ce parti en 2007, en doute vraiment. Il avait expliqué au «Courrier d’Algérie», qu’ «avant d’arriver à organiser un congrès, il y a un énorme travail à accomplir. C’est très nécessaire, car un congrès doit répondre à un certain nombre de conditions». «Maintenant, les organes du parti sont dissous, y compris le comité central. Il faut donc tout reconstruire et pour reconstruire il faut du temps», avait-il ajouté, prédisant que la tâche de Bouchareb risque de prendre plusieurs mois.
À cela s’ajoutent des difficultés d’ordre organisationnel, Bouchareb qui occupe également le poste de président de l’APN, éprouve de la peine à joindre les deux bouts, à savoir les charges parlementaire et partisane. Des couacs ne manquent pas à émerger, le communiqué paru en son nom la semaine dernière – démenti ensuite – illustre et pose la question sur la capacité de Bouchareb à contrôler le parti et à maîtriser ses troupes. Des résistances, des sympathisants d’Ould Abbès, Saadani ou aussi Belkhadem, risquent aussi de miner la voie à Bouchareb et lui compliquer la vie. Au sein du parti, on lui reproche également ses absences de son bureau du siège de Hydra et ses multiples charges extra partisanes. Ce constat qui fait que Bouchareb ne peut plus se permettre des déplacement et des meetings populaires en dehors d’Alger, une tâche que semble maintenant s’acquitter à merveille Mahdjoub Bedda qui animait des rencontres pour le parti dans le cadre de l’Association des anciens élus du FLN. À l’issue de la rencontre de samedi dernier, Bouchareb s’est réjoui d’«un vif débat d’idées», où il a été question aussi d’évaluer les résultats des sénatoriales et de passer aussi en revue l’actualité nationale.
Hamid Mecheri