Décès de cinq personnes gravement brulées à l’intérieur d’un conteneur à Bechar

Décès de cinq personnes gravement brûlées à l’intérieur d’un conteneur à Béchar

Cinq (5) personnes, gravement brûlées lors de l’incendie qui s’était déclaré il y a une dizaine de jours à Bechar à l’intérieur du conteneur d’un camion de livraison de denrées alimentaires, sont décédées à l’unité des grands brulés de l’établissement hospitalier universitaire d’Oran, a-t-on appris dimanche auprès de la direction de la Santé et de la Population de Béchar. «Les victimes de ce déplorable accident, qui ont été évacuées en urgence vers l’unité spécialisée en soins des grands brûlés à Oran, sont toutes décédées à la suite des graves brûlures (3ème degré), après avoir été prises en charge durant plusieurs jours par les spécialistes de cette même structure médicale spécialisée’’, a précisé le responsable du service de prévention médicale et de la communication à la DSP, Brahim Benabderrahmane. Avant leur évacuation et dès leur admission au service des urgences médico-chirurgicales de l’hôpital ‘’Tourabi Boudjemaa’’ à Béchar, les victimes avaient été soumises à des soins préliminaires par des médecins et personnels paramédicaux de l’hôpital’’, signale Benabderrahmane. Leur décès a pour origine un incendie qui s’est déclaré le 19 juin à l’intérieur du conteneur d’un camion de livraison de denrées alimentaires au niveau du quartier ‘’Zaouïa’’ au nord de Béchar. Le drame a causé le décès en premier lieu d’un enfant de 11 ans, mort carbonisé dans ce grave incendie, selon la cellule de communication de la direction locale de la Protection civile.
Une enquête judiciaire, sous supervision de la justice, est actuellement menée par les éléments spécialisés du service de police judiciaire de la sûreté de wilaya de Béchar pour faire la lumière sur la présence des six (6) victimes dans le même conteneur au moment du déclenchement de l’incendie et aussi connaitre les responsabilités pénales et civiles tant du chauffeur du camion et de son ou ses propriétaires, a-t-on fait savoir à la cellule de communication et d’orientation de la sûreté de wilaya. Un véritable élan de solidarité des habitants de Béchar avec les familles des victimes (11 à 28 ans) de ce grave accident est visible sur les réseaux sociaux, a-t-on constaté. Des citoyens ont aussi revendiqué la réalisation d’une unité de prise en charge des grands brûlés à Béchar, pour mettre un terme à l’évacuation des victimes de grandes brûlures à Oran, sur une distance de 700 km. La contribution et l’apport des citoyens du quartier ‘’Zaouia’’, qui ont pris part à l’opération de secours des victimes, a permis d’éviter le pire, d’autant plus que le camion de gros tonnage livrait au moment de cet accident sa marchandise dans une rue bondée de passants et marquée par une activité commerciale intense.

Démantèlement d’une bande spécialisée dans le vol de câbles en cuivre à Djelfa
Une bande spécialisée dans le vol de câbles en cuivre a été mise hors d’état de nuire par les éléments de la 3eme sûreté urbaine de la sûreté de wilaya de Djelfa, a-t-on appris dimanche auprès de la cellule de communication de ce corps sécuritaire. Une opération de surveillance des membres du groupe, menée récemment, s’est soldée par l’arrestation de cinq individus, âgés entre 19 et 27 ans, pour constitution d’association de malfaiteurs en vue de commettre un vol qualifié de nuit avec usage d’un véhicule, a indiqué le chef de la brigade de la police judiciaire de la 3eme sûreté urbaine de Djelfa, le lieutenant Toufik Beria. Il a fait état de la saisie, suite à cette opération, de deux quintaux de ce métal, en plus d’une somme de 280.000 DA, issue des ventes de câbles volés. A l’issue de l’enquête, les individus arrêtés ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Djelfa, a fait savoir le responsable.

Vaccin AstraZeneca/Oxford : un intervalle long améliore l’efficacité
Un intervalle de plusieurs mois entre la première et la deuxième dose de vaccin AstraZeneca/Oxford contre le Covid-19 améliore l’immunité apportée, a indiqué une étude publiée lundi par l’université d’Oxford, qui y voit un élément «rassurant» pour les pays ayant des problèmes d’approvisionnement. Les chercheurs ont montré que loin de nuire à l’efficacité du vaccin, un intervalle allant jusqu’à 45 semaines entre les deux doses améliorait la réponse immunitaire face au virus.
«Cela devrait être une nouvelle rassurante pour les pays disposant d’un moindre approvisionnement en vaccin, qui pourraient s’inquiéter des retards dans l’approvisionnement de deuxième doses à leurs populations.
Il y a une excellente réponse à une deuxième dose, même après un délai de 10 mois par rapport à la première», a commenté le professeur Andrew Pollard, directeur d’Oxford Vaccine Group qui a développé le vaccin avec le groupe pharmaceutique anglo-suédois. En février, une étude de l’université d’Oxford publiée dans The Lancet avait déjà indiqué que l’efficacité du vaccin était plus grande avec un intervalle de trois mois entre les doses (81%), qu’après un intervalle de 6 semaines (55%).
Dans leur étude publiée lundi, les chercheurs ont aussi montré qu’une troisième dose injectée plus de six mois après la seconde entraîne une «augmentation importante» des anticorps et provoque une «forte hausse» de la réponse immunitaire contre le Covid-19, y compris contre les variants.
«On ne sait pas si des injections de rappel seront nécessaires en raison de la diminution de l’immunité ou pour augmenter l’immunité contre les variants préoccupants», a déclaré Teresa Lambe, autrice principale de ces études. Mais cette professeure relève que les recherches montrent qu’une troisième dose de vaccin «est bien tolérée et augmente considérablement la réponse en anticorps.
Le vaccin AstraZeneca, qui utilise la technologie dite à « vecteur viral» (adénovirus), a suscité de nombreuses inquiétudes après qu’un lien a été établi entre le sérum et des caillots sanguins très rares mais souvent mortels. De nombreux pays ont du coup restreint son utilisation aux personnes âgées et certains ont arrêté de l’utiliser.

Saisie de plus de 690 kg de kif traité depuis le début de l’année à Tlemcen
Les services de police de la wilaya de Tlemcen ont saisi 694,242 kg de kif traité durant les cinq premiers mois de l’année en cours, a-t-on appris dimanche dans un communiqué émanant de la cellule de communication de la sûreté de wilaya.
La même source a indiqué que la police judiciaire a traité, durant cette période, 286 affaires liées au trafic de drogue, ce qui a permis la saisie de la quantité de kif sus-indiquée ainsi que 13, 85 grammes de cocaïne et 8.956 comprimés psychotropes et 10 flacons de substances hallucinogènes. Pas moins de 458 individus sont impliqués dans ces affaires, selon la même source, qui a souligné que les services de la sûreté de wilaya ont utilisé les techniques modernes en matière de recherche et de traitement des affaires criminelles et se sont appuyés sur les analyses pointues des laboratoires.

Perturbation dans l’alimentation en eau mardi à l’Est de la wilaya d’Oran
Une perturbation dans l’alimentation en eau potable est prévue mardi prochain dans la partie Est de la wilaya d’Oran en raison d’un arrêt total lundi de la station de dessalement de l’eau de mer d’El Mactaa programmé par son entreprise de gestion, a-t-on appris dimanche dans un communiqué de la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR). Le Directeur général adjoint de la SEOR, Houari Khodja, a indiqué à l’APS que la SEOR détient un stock d’eau suffisant pour couvrir les besoins de la journée du lundi, alors qu’une perturbation sera enregistrée, mardi, après l’épuisement de la quantité d’eau stockée, ajoutant que l’arrêt de la station de dessalement d’El Mactaa est dû à la maintenance de la station électrique. M. Khodja a rassuré que la durée des travaux de maintenance ne dépassera pas les 24 heures et que la perturbation de l’alimentation en eau potable ne durera pas plus d’une journée, soulignant que la SEOR mettra en place des camions citernes au niveau des zones qui seront touchées par la perturbation.