12.9 C
Alger
3 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Constantine, capitale de la culture arabe 2015 : c’est parti !

C’est fait, le coup d’envoi de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015» a été donné, hier, à la «ville du Vieux Rocher», dans une cérémonie grandiose présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
De nombreux ministres du gouvernement ayant accompagné la délégation officielle, des représentants diplomatiques étrangers accrédités à Alger, des ministres et délégués des pays arabes participant à l’événement et des autorités locales ont pris part à cette manifestation. Cette dernière a été  abritée par la Grande salle des spectacles (hauteurs de Aïn El Bey), un joyau architectural moderne conçu pour la couverture d’une partie des festivités culturelles qui devront s’étaler sur une année.  La cérémonie officielle a été clôturée par un spectacle de haute facture relatant «L’épopée de Constantine», comme le nom l’indiquait. L’événement a vu également la participation d’une pléiade d’artistes, de figures nationales et étrangères issues du monde de la culture arabe, et représentant notamment les 22 pays impliqués dans cet événement estampillé d’un cachet particulier. Durant la soirée cérémoniale, les discours prononcés par les officiels algériens ont tourné autour des valeurs de l’histoire, de l’identité linguistique et religieuse, qui sont des éléments incontournables dans la construction d’une identité culturelle des peuples. En effet,  outre le fait de réhabiliter l’histoire millénaire de la ville de l’ancienne capitale de la Numidie, Cirta, cet événement tend à la «valorisation de son long chemin historique», comme l’a indiqué, Azzedine Mihoubi, ambassadeur de «Constantine capitale de la culture arabe 2015», également président du Haut conseil de la langue arabe (HCA). Le choix de la ville de Constantine n’est pas le fait du hasard, puisqu’elle a toujours été «le bastion de la tolérance, des religions et des civilisations» a ajouté Mihoubi. La manifestation devra offrir le meilleur de la production multiculturelle émanant des pays arabes, à travers notamment des spectacles constituant une «valeur ajoutée pour le développement culturel», a conclu l’orateur. Avant lui, le commissaire du festival, Sami Bencheikh El Hocine, a prononcé son discours de bienvenue aux hôtes de la ville de Constantine. Le président de la Ligue arabe, Nabil El Arabi, intervenu quant à lui pour saluer les efforts de l’Algérie dans l’organisation et la promotion de la culture multidimensionnelle des pays arabes, en réalisant plusieurs établissements culturels à l’effet d’encadrer les spectacles qui vont être présentés autour de l’événement. En effet, avant cette soirée donnant le coup de sifflet à un événement qui constituera un patchwork culturel impliquant les nations arabes, Abdelmalek Sellal a procédé durant la matinée, à l’inauguration de plusieurs infrastructures culturelles et hôtelières, telles que le Palais de la culture Mohamed El Aïd Al Khalifa, récemment réhabilité, et l’hôtel «Mariott», établissement de haut standing. Durant cette journée, une caravane ministérielle conduite par Abdelmalek Sellal, accompagné par  Larbi Ould Khelifa, président de l’APN, Nadia Labidi, ministre de la Culture, Ramtane Lamamra, des Affaires étrangères, Tayeb Belaiz de l’Intérieur, pour n’en citer que ceux-là, a sillonné les importants axes routiers de la « ville des Ponts suspendus» où les Constantinois ont accueilli l’événement dans une ambiance festive, dans une ville lumière, réhabilitée sous toute sa splendeur, et qui semble toute fin prête pour assurer, une année durant, un bon déroulement des festivités culturelles issues de la sphère culturelle du monde arabo-musulman.

Bouteflika : «l’épopée des nations, gage de la valeur culturelle»
Dans un message lu par son conseiller, Mohamed Benamar Zerhouni, Abdelaziz Bouteflika a appelé les pays arabes à se réunir autour des valeurs communes qui leur sont le dénominateur commun, non sans évoquer le contexte politique qui prévaut dans la région, en prônant la cohésion et la solidarité à l’effet de construire le «rêve arabe» qui puisse garantir à ces pays leurs intérêts dans un monde en mutation. En effet, le Président de la République a profité de cette manifestation culturelle pour préconiser aux représentants des pays arabes de mettre la culture au centre des efforts des nations pour « rattraper le temps perdu ». Pour se faire, le président a indiqué qu’il  impératif de bâtir cet édifice autour des « valeurs historiques, identitaires, religieuses et linguistiques de ces nations». Dans une longue lettre, Bouteflika a fait allusion aux conflits qui sévissent dans les territoires arabes, en indiquant qu’il faudra « éveiller le sentiment d’appartenance à la nation, de consolider la fraternité et d’encourager l’émergence d’une élite arabe», à même de permettre selon le chef de l’État, d’aspirer à un avenir meilleur. Tout en mettant en exergue les vicissitudes historiques traversées par l’Algérie, chose qui ne peut être reniée, Bouteflika a insisté sur l’importance de «la création et de la créativité culturelle et intellectuelle qui demeurent le seul moyen pour mettre en valeur et pérenniser les belles épopées des peuples», a-t-il conclu dans un long message marquant l’ouverture officielle de «Constantine, capitale de la culture arabe 2015».

Un message fort, selon Lamamra
Invité par des journalistes en marge de la cérémonie d’inauguration de l’hôtel « Mariott», à s’exprimer, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a indiqué d’emblée, que l’Algérie est toujours debout et elle le restera, en réponse notamment à une question portant sur la situation conflictuelle qui prévale dans la région arabe.
Dévoué à son discours sans ambigüités, le ministre a ajouté que l’apport du pays au monde en général, aux pays arabes en particulier et à toute l’humanité, est considérable à tous les points de vue, a-t-il affirmé. En revenant sur l’événement de l’heure, Lamamra a tenu à assurer que le message de notre pays à travers l’organisation de «Constantine capitale de la culture arabe 2015»  est fort de sens.
En effet, poursuivant sa brève dissertation, il a expliqué, que Constantine l’historique a joué un rôle important dans la construction de l’histoire de l’humanité. D’ailleurs, a-t-il renchéri, à travers cet événement elle lance un signal qui vise « l’unité et la cohésion de la nation arabe», a-t-il conclu.
De notre envoyé spécial à Constantine Farid Guellil

Related posts

LA FRANCE SUR LA SITUATION EN ALGÉRIE : «C’est aux Algériens de décider de leur avenir»

courrier

HAUSSE DES CONTAMINATIONS AU COVID-19 : Des prémices de la 5e vague selon les spécialistes

courrier

CHAHRAZED SAÂDI, PRÉSIDENTE DE LA SEVE, AU FORUM D’EL- MOUDJAHID : « L’environnement entrepreneurial doit être plus accessible aux femmes »

courrier

ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION : Le Mali reconnaissant envers l’Algérie

courrier

BILAN DU COVID-19 EN ALGERIE : 4 474 cas confirmés, 463 décès et 1 936 guéris

courrier

APRèS DIX HUIT JOURS D’INTENSES RECHERCHES : Le corps du pompier Mohamed Achour enfin retrouvé

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.