benflis

BENFLIS RENONCE À SA CANDIDATURE À LA PRÉSIDENTIELLE : «Ma place n’est pas dans l’élection mais avec le peuple»

L’ancien chef de gouvernement et président du parti Talaïe El Hurriyet, Ali Benflis, a annoncé, hier, qu’il ne sera pas candidat à la présidentielle d’avril prochain, en déclarant, quelques heures avant l’expiration, hier, à minuit, du délai légal de dépôt de dossiers de candidature à la candidature pour la présidentielle, qu’il ne déposera pas son dossier au Conseil constitutionnel, affirmant que « le pays traverse une période délicate » et que l’enjeu n’est pas simplement d’imposer seulement une élection sans fraude, mais de «changer tout le système » a déclaré, hier, Ali Benflis. L’ex-candidat à la présidentielle d’avril 2014 a fini par décider de ne pas se présenter à la présidentielle d’avril prochain, décision annoncée, le dernier jour du délai de dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle, hier, après-midi. Deux jours auparavant, l’ex-chef de gouvernement avait pris part à l’impressionnante marche populaire d’Alger, du 1er mars dernier, contre le 5e mandat du président sortant et hier, lors de son annonce en question, le président du parti Talaïe El Hurriyet a affirmé que « la tenue de l’élection présidentielle dans ces conditions aggravera la situation du pays » avant de souligner : «  Ma place n’est pas dans l’élection mais avec le peuple » . Ne manquant pas, tout au long de son allocution , de porter des critiques virulentes contre le pouvoir. L’ex-chef de gouvernement a, encore une fois, prononcé un véritable réquisitoire, après avoir averti que « l’élection aggravera la situation » a-t-il affirmé, hier. Dans la matinée de vendredi dernier, en étant, présent dans les rues d’Alger , pour apporter son soutien aux manifestants pacifiques contre le 5ème mandat, il avait déclaré sur le slogan central des marches populaires que connaît le pays, depuis le 22 février dernier, que « le 5e mandat est une humiliation pour le peuple algérien». Peu de temps avant l’annonce d’Ali Benflis, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a annoncé, hier matin, sa non-participation à l’élection présidentielle d’avril prochain «  en cas de confirmation de la candidature du président de la République pour un 5e mandat » dans un communiqué rendu public.
Karima Bennour