Benabderrahmane

BENABDERRAHMANE PERSISTE ET SIGNE : « L’État maintient l’aide sociale »

Le débat sur le projet de loi de Finances pour 2022 dans son volet social inhérent notamment à la disposition 187 prévoyant la mise en place d’un dispositif de ciblage des subventions pour certains produits alimentaires de base, a donné lieu à plusieurs interprétations. À commencer par les préoccupations des députés qui ont compris dans ce dispositif une renonce au caractère social de l’État qui ne dit pas son nom. Ce que le gouvernement récuse durant toute la plaidoirie du Premier ministre qui, hier encore, et juste après l’adoption du PLF-2022, a affirmé que l’Etat n’a pas l’intention de renoncer aux subventions si ce n’est le besoin de cibler les aides sociales. Dans une allocution prononcée devant les députés, Aymen Benabderrahmane a rappelé l’attachement de l’État à l’aide sociale, soutenant que le terme de +renoncement+ à cette aide « doit être banni du langage en Algérie ». Le chef de l’Exécutif a déploré les inexactitudes relayées par certains médias concernant l’aide ciblée prévue dans le PLF, précisant que « le gouvernement n’entend nullement renoncer à l’aide de l’État ». Il s’agit seulement de « l’adoption d’une nouvelle philosophie visant à cibler, directement par des aides, les familles dans le besoin ».
S. Oub.