Eric Zemmour political meeting in Cogolin, France - 09 Jun 2022

ALORS QUE LA MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE ET LA NUPES SONT AU COUDE-À-COUDE : Zemmour mis hors course aux législatives françaises

La majorité présidentielle sortante réunie sous l’étiquette « Ensemble ! », et l’alliance de gauche « Nupes » se trouvent au coude-à-coude, au premier tour des élections législatives, scrutin qui a mis hors de la course le parti d’extrême droite d’Eric Zemmour et a plongé en bas des résultats celui de Marine Le Pen, alors qu’elle avait été, peu avant, au second tour de la présidentielle française. Les deux formations arrivées en tête, du premier round des législatives en France ont obtenu, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur dans la soirée de dimanche, 25,75 % pour la majorité présidentielle, réunie sou l’étiquette « Ensemble » et 25,66 % pour l’alliance de plusieurs partis de gauche et écologistes (Nupes) ». Des résultats qui mettent la majorité présidentielle sortante dans une posture difficile, avec non seulement la perte de sièges dans la prochaine assemblée, mais d’aller sur des alliances avec, la droite et centre droit, pour échapper au scénario d’une majorité simple qui imposera de fait la cohabitation. Les deux formations devancent le parti de l’extrême droite Rassemblement national (RN), qui selon lui les chiffres non officiels obtiendraient 18,5-19,7% des voix, suivi par les Républicains (droite classique) avec 11,1 à 14%. L’abstention qui se creuse davantage à chaque rendez-vous électoral, notamment présidentiel et législatif, depuis ces dernières années a encore enregistré un niveau record, dimanche dernier, dépassant le taux de 52%, au-dessus du précédent record de 2017 qui était de 51,3%. Du côté des Républicains, alliés à l’Union des démocrates et indépendants (UDI), obtiendraient 40 à 60 sièges, des estimations et le Rassemblement national 5 à 25 sièges, ce qui lpermettrait, pour la première fois à la formation d’extrême droite de constituer un groupe parlementaire. Ce scrutin législatif se tient, faut-il le noter, dans un contexte national, pouvoir d’achat en chute, mouvement des gilets jaunes, les retombées de la gestion de la pandémie sanitaire et son impact sur la vie socio-économique des Français, le contexte international, marqué par une inflation galopante, le conflit en Ukraine et les sanctions occidentales ont impacté davantage le pouvoir d’achat d’une large frange de Français, avec la hausse du prix de l’énergie…
K.B.