Oulmi

AFFAIRE SOVAC : Le verdict attendu mercredi prochain

Le sort de Mourad Oulmi, homme d’affaires et patron du groupe Sovac, spécialisé dans le montage automobile, accusé de « blanchiment d’argent et incitation d’agents publics à exploiter leur influence », et les autres prévenus, dont l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et l’ex-ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, entre autres, sera tranché le 30 du mois en cours, soit mercredi prochain. Le juge a prononcé hier, la levée de la séance et a fixé la date du verdict au 30 septembre, dans un procès émaillé par des incidents, à commencer par le malaise ayant pris jeudi dernier, le bâtonnier d’Alger, maître Abdelmadjid Sellini, membre du collectif de la défense de Mourad Oulmi, suite au refus du juge d’accéder à la demande des avocats réclamant le report du jugement pour leur permettre de s’assurer la « véracité des documents ». Le magistrat aurait justifié son refus par le fait que le samedi, c’est un jour de repos pour le service technique chargé d’établir la liaison par visioconférence, sachant que Ahmed Ouyahia et Youcef Yousfi, qui sont auditionnés dans le cadre de cette même affaire, intervenaient par visioconférence au cours de ce procès, indique l’APS. Suite à quoi l’Organisation des avocats du barreau d’Alger a annoncé le boycott, à partir d’aujourd’hui dimanche, des audiences à la Cour d’Alger, et de l’ensemble des activités judiciaires, et ce, pendant une semaine. Un sit-in a été observé à l’intérieur même de la Cour d’Alger. Cependant, le débrayage des avocats d’Alger n’a pas, pour autant, pesé lourd sur le cours des évènements puisque le juge a prononcé, hier matin, la levée de la séance, et fixé la date du verdict. Pour rappel, le procureur général près la Cour d’Alger a requis jeudi dernier, une peine de quinze-ans (15) ans de prison ferme contre l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et dix (10) ans de prison ferme contre l’ex-ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, assortie d’une amende de 2 millions de DA chacun, dans le cadre de l’affaire du groupe SOVAC, de Mourad Oulmi, spécialisé dans le montage et l’importation de véhicules. Aussi, une peine de quinze (15) et douze (12) ans de prison ferme a été requise respectivement contre Mourad Oulmi, patron de Sovac et son frère cadet, Khidher, alors que l’ex-PDG du Crédit populaire algérien (CPA, Omar Boudiab) et des cadres de la banque et de l’industrie, impliqués dans l’affaire ont écopé d’une peine de trois (3) ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA. Il a été aussi demandé la saisie des biens et le gel des activités des entreprises représentées dans le procès par des personnes morales avec une amende de 32 millions de DA pour chacune. Les accusés poursuivis dans l’affaire du groupe Sovac ont été inculpés pour des accusations de corruption, notamment pour blanchiment et transfert à l’étranger de capitaux issus de revenus criminels, corruption, trafic d’influence et pression sur des fonctionnaires publics pour l’obtention d’indus privilèges.
Brahim Oubellil