start-up4

1er séminaire international sur « L’économie algérienne à l’horizon 2030″ : La relance des start-up passe par l’encouragement de l’entrepreneuriat

Les participants aux travaux de la 1ère édition du séminaire international dédié à « L’économie algérienne à l’horizon 2030″, ont indiqué que la relance des micro-entreprises et des start-up passe par l’encouragement et l’ancrage de l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes.

Pour les participants à cette conférence, l’importance de conjuguer les efforts pour valoriser et promouvoir l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes, est à même selon le président de Meeting of Algéria’s youth, à « permettre l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs et de porteurs de projets capables d’intégrer de nouveaux marchés ». Organisatrice de l’évènement qui a vu la participation, samedi dernier, des autorités locales, de représentants de plusieurs ambassades et instances étrangères en Algérie ainsi que d’opérateurs économiques et des jeunes investisseurs,, l’intervenant a indiqué qu’il faut aller vers « sérieux accompagnement des projets ». C’est par cette démarche, poursuit-il que suivra «  la concrétisation des ambitions des jeunes, notamment les propriétaires d’entreprises qui jouent un rôle important » non seulement «  dans la promotion de la production nationale » mais aussi , a-t-il ajouté de la «  découverte de marchés à l’extérieur du pays ». Une dynamique effective qui selon le président de Meeting of Algéria’s youth qui «est en mesure de donner un nouveau dynamisme à l’économie nationale surtout après la pandémie de Covid-19 » a-t-il déclaré, à partir de Skikda, où s’est tenu le séminaire.
Ce genre de rencontres internationales qui se déroulent en présence de représentants d’ambassades constitue une opportunité pour penser à rechercher de nouveaux marchés à l’étranger en mesure d’augmenter le volume des exportations hors-hydrocarbures, a encore souligné le même responsable. Cette rencontre donnera lieu à la conclusion de conventions de partenariat entre les différents opérateurs pour échanger les expériences et la commercialisation des produits, les technologies et les informations, a ajouté le même intervenant, considérant que la coopération avec les ambassades, comme celles de l’Ouganda, Zimbabwe, la Pologne et le Vietnam, contribuera à la création de zones de libre échange de marchandises et services. Pour sa part, l’expert en économie algérienne, El Houari Tighersi a mis l’accent, à cette occasion, sur « l’importance de changer les mentalités des étudiants et des diplômés universitaires et leur permettre d’aller vers la création de leurs propres entreprises au lieu de chercher des postes de travail dans des établissements publics ou privés ».La numérisation de l’économie nationale avec toutes ses branches permettra l’éradication du problème de la liquidité financière, de gagner du temps et permettra aussi de rompre avec la bureaucratie considérée comme une entrave pour les micro-entreprises, a également estimé le même intervenant. L’attachée auprès de l’ambassade de la République de Pologne, chargée des affaires économiques en Algérie, a indiqué de son côté que la wilaya de Skikda dispose de jeunes qui peuvent contribuer au renforcement des expériences entre le deux pays dans plusieurs domaines d’autant que l’Algérie est considérée comme un partenaire important en Afrique du nord. L’évènement a été marqué par l’organisation d’une exposition d’habits traditionnels, de sécurité électronique et informatique.
R. E.