APN

Toutes les activités sont gelées : Il n’y a pas de crise à l’APN mais un blocage total !

La crise qui couvait a accouché d’un blocage de l’Assemblée nationale. Hier, il était de l’invraisemblance de procéder à quoi que ce soit à l’APN. Le président Saïd Bouhadja fait de la résistance, les députés FLN, RND, Taj et MPA maintiennent leur mot d’ordre : la destitution. Les autres députés, du MSP, PT, FFS, et autres disent que l’affaire est interne au FLN et que de ce fait, ils n’ont pas à s’immiscer dans les affaires internes des partis, alors que leur rôle de députés leur commande, au moins, de tenter de trouver la bonne mesure à un tempo curieux. Dans l’intervalle, le président de l’association d’amitié algéro-japonaise, Lakhdar Benkhelaf, affirme qu’une rencontre avec l’ambassadeur du Japon était déprogrammée aujourd’hui à sa demande, parce que le ministère algérien des Affaires étrangères lui avait signifié cette suspension d’activité des députés : « Au Parlement, ils n’étaient pas au courant de ce report. C’est moi qui les ai informés de ce report », a-t-il ajouté, en déplorant le « piratage » dont est victime l’Assemblée. « Toutes les activités sont gelées », a-t-il ajouté, selon Tsa. Fait abracadabrant : Saïd Bouhadja, contre vents et marrées, est toujours opérationnel : « Il n’a pas démissionné », disent les députés et poursuivait, hier, normalement ses activités. Mais un des autres signes du blocage est l’annulation des réunions de travail à l’APN que Bouhadja devait avoir hier avec les ambassadeurs de la République de Corée et de Tunisie. Selon nos sources au FLN, la situation devrait se débloquer en fin de semaine.
I.M. Amine