Coc

Saisie de 67 kilos de cocaïne cachés dans des ananas en Espagne

La police espagnole a annoncé lundi avoir saisi 67 kilos de cocaïne cachés dans des ananas du Costa Rica, sur le principal marché de fruits et légumes de Madrid. Les ananas étaient « parfaitement vidés et remplis de cylindres compacts de cocaïne », pesant entre 800 grammes et un kilo, « recouverts d’un enrobé de cire ou de paraffine jaunâtre » qui servait à camoufler l’odeur de la drogue, a précisé la police dans un communiqué. Sept personnes ont été arrêtées, trois à Madrid et quatre à Barcelone. La cargaison d’ananas provenant du Costa Rica avait été débarquée à Setubal, au Portugal, puis transportée par voie terrestre jusqu’à Madrid. L’entreprise chargée de l’importation était surveillée par la police après plusieurs opérations contre l’importation de drogue dans des cargaisons d’ananas. Les trafiquants de drogue utilisent régulièrement des méthodes insolites pour introduire leur marchandise en Espagne, première porte d’entrée en Europe de la cocaïne sud-américaine et du haschich marocain, selon des médias.

La vice-présidente vénézuélienne effectue une escale technique à Alger
La vice-présidente du Venezuela, Delcy Eloina Rodriguez Gomez, a effectué lundi matin une escale technique à Alger. La vice-présidente vénézuélienne, accompagnée du ministre de l’Économie et des Finances, Simon Alejandro Zerpa Delgado, a été accueillie à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediène, par le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Un avion tunisien reliant Monastir à Prague, évacué suite à l’émanation de fumée
Un Boeing 737 de la compagnie aérienne Tunisair reliant la ville balnéaire de Monastir à Prague, la capitale tchèque a été évacué suite à l’émanation de fumée dans la cabine de l’engin, ont rapporté dimanche des médias locaux, citant une représentante de l’aéroport tchèque. Après que l’équipage d’un avion de ligne reliant une ville balnéaire tunisienne à la capitale Tchèque a signalé une émanation de fumée dans la cabine, les passagers sont sortis de l’appareil par les toboggans d’évacuation à l’aéroport Vaclav Havel (Ruzyne) de Prague, selon Marika Janou kov, citée par Sputnik. «L’équipage de l’avion de Tunisie a signalé la présence de fumée à bord. Après avoir atterri sur notre aéroport, des médecins et des pompiers ont été dépêchés sur la piste où l’appareil venait de se poser», a-t-elle expliqué. Avant que les pompiers n’atteignent l’avion, «son équipage avait déjà commencé à évacuer plusieurs dizaines de passagers par les toboggans, ce qui, en principe, correspond aux mesures de sauvetage standard», a ajouté Janou kov. «Il est possible qu’un départ de feu insignifiant se soit produit en vol, mais les pompiers n’ont pour le moment pas détecté de traces de la moindre fumée dans la cabine. Aucun passager n’a été blessé dans cet incident», a-t-elle précisé.

Australie: des clandestins recherchés dans une zone infestée de crocodiles
Un bateau de clandestins a touché les côtes australiennes pour la première fois en près de quatre ans, a annoncé lundi le gouvernement, et certains de ces migrants se sont enfuis dans une zone de mangrove infestée de crocodiles. Des habitants de la région ont indiqué que nombre des occupants de cette embarcation de fortune avaient disparu dans la forêt tropicale très dense proche d’un fleuve, le Daintree, dans le nord de l’Etat du Queensland. Cette forêt, l’une des plus anciennes au monde, se trouve à 120 km au nord de Cairns. Elle abrite une importante population de crocodiles et de serpents. Le ministre de la Police de l’Etat du Queensland, Mark Ryan, a affirmé à l’Australian Broadcasting Corporation que 15 personnes avaient été arrêtées. Le Courier Mail, un journal de Brisbane, avance qu’une vingtaine d’autres pourraient être dans la nature. Peter Rinaudo, de la protection civile de l’Etat, a indiqué que ses services avaient lancé des recherches dans des zones de mangrove à l’embouchure du fleuve. « C’est une tâche difficile, il fait chaud et les conditions sont compliquées pour les gars », a-t-il dit à ABC. « J’espère qu’on va les retrouver, quel que soit leur nombre, parce que ce n’est pas un endroit sympa où rester ». Le ministre de l’Intérieur Peter Dutton a indiqué que le bateau, qui a partiellement coulé, provenait du Vietnam et était le premier bateau de demandeurs d’asile à atteindre le sol australien depuis 2014. « Nous pensons que l’Australie vient de recevoir le premier bateau de passeurs depuis 1.400 jours », a-t-il dit aux journalistes. « Nous travaillerons avec les agences pour être sûrs que nous pourrons rapatrier ces gens dans leur pays d’origine, une fois que nous aurons toutes les données du problème. » M. Dutton n’a pas confirmé le nombre de personnes à bord du bateau ni leur nationalité.

Rohingyas : la page du chef de l’armée birmane fermée par Facebook
La page Facebook du chef de l’armée birmane a été fermée pour « violations des droits de l’Homme », a annoncé Facebook lundi, l’armée étant accusée d’un rôle de premier plan dans le nettoyage ethnique des musulmans rohingyas. Le général Min Aung Hlaing fait partie d’une liste d’une vingtaine d’individus ou organisations birmanes que « des experts internationaux (…) ont établie comme ayant commis ou permis de graves violations des droits de l’homme ». Cette annonce de Facebook intervient le jour même où les enquêteurs de l’ONU ont demandé que la justice internationale poursuive le chef de l’armée birmane et cinq autres hauts gradés pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » à l’encontre des musulmans rohingyas. Facebook ne mentionne pas nommément la crise des Rohingyas, qui a poussé à l’exil au Bangladesh depuis août 2017 plus de 700.000 de ces musulmans privés de droits en Birmanie, mais évoque dans son communiqué « les terribles violences ethniques en Birmanie ». Le chef de l’armée birmane, qui utilise Facebook comme son outil de communication officiel, n’a pas réagi dans un premier temps à cette annonce. L’importante chaîne de télévision militaire Myawady s’est également vu priver de Facebook. Facebook avait déjà placé en juin un groupe de moines extrémistes birmans sur sa liste noire, après avoir reconnu avoir été « lent » à s’attaquer aux contenus racistes dans ce pays d’Asie du Sud-Est où le réseau social est omniprésent. Les enquêteurs des Nations unies, qui travaillent sur les exactions contre la minorité musulmane des Rohingyas, avaient estimé récemment que Facebook avait joué « un rôle déterminant » dans la propagation du discours de haine.