Tebboune

SAÏD CHANEGRIHA, CHEF D’ÉTAT-MAJOR PAR INTÉRIM À PROPOS DU PROJET DE RÉVISION DE LA CONSTITUTION : Blanc-seing de l’Armée

Il est de notoriété publique que l’institution militaire ne fait irruption dans les débats et affaires politiques que lorsque le devenir de la Nation est en jeu, comme ce fut le cas avec le « hirak », ou en ce moment lorsque s’il s’agit, selon le projet de la nouvelle Constitution, de revoir les missions de cette institution, en prévoyant qu’elle puisse intervenir et être déployée au-delà de nos frontières.

À chaque fois que l’Institution militaire a son mot à dire, elle ne s’en prive pas. Il en a été ainsi lorsque celle-ci a fait irruption dans le débat politique pour soutenir et accompagner le hirak, tout en facilitant le départ du pouvoir de l’époque, tout en empêchant les aventuriers de la 25ème heure de faire quitter au pays la voie constitutionnelle de la légalité. Or, une fois ce cap franchi avec succès, et l’Algérie dotée d’un nouveau chef d’État, voilà qu’elle vient de s’exprimer de nouveau. Elle l’a fait par la voix de son chef d’état-major par intérim, quI a choisi une occasion idoine, celle de la visite du chef de l’État au siège de l’état-major de l’ANP, mais aussi et surtout pour donner une sorte d’ « avis autorisé » sur le projet de révision de la Constitution. Un sujet qui, faut-il le souligner, intéresse au plus haut point l’institution militaire elle-même, puisqu’il y est question de revoir certaines de ses missions constitutionnelles. Il est question ici de lui permettre à l’avenir d’être déployée et d’intervenir au-delà de nos frontières terrestres, marines et aériennes. C’est ainsi que le général-major, Saïd Chanegriha, Chef d’État-major de l’ANP par intérim, a hautement valorisé le contenu de la mouture du projet de révision constitutionnelle, soumis au débat par la présidence de la République. « L’élaboration de la mouture de la Constitution, par des spécialistes en droit constitutionnel, en un temps record a été l’un des principaux chantiers lancés par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, depuis son élection, en raison de l’importance de la nouvelle Constitution dans la réorganisation et l’adaptation de la vie politique aux exigences et développements de la nouvelle étape », a en effet relevé Chanegriha dans une allocution à l’occasion de cette visite. En guise de réaction, Chanegriha a tenu à valoriser le contenu de cette mouture tant en ce qui concerne la possibilité d’intervention de l’ANP en dehors des frontières nationales, que de l’équilibre des pouvoirs, des libertés individuelles et des droits de l’Homme ». Ce n’est pas tout, aux yeux de l’ANP, s’exprimant par la voix de son chef d’état-major, « la présentation de la mouture au débat est une preuve tangible de la bonne foi des Hautes Autorités du pays à consacrer le consensus national escompté dans l’élaboration de la Loi fondamentale du pays, la Constitution ». « À travers l’ouverture de plusieurs importants chantiers nationaux et l’initiation d’actions pour la réalisation du changement escompté, vous avez réellement réussi à concrétiser de nombreuses promesses électorales que vous aviez faites au peuple algérien », a-t-il ajouté à l’adresse du président de la République. Et de relever que « les contours de l’Algérie nouvelle se font de plus en plus visibles grâce à la dynamique positive que connait le pays dans tous les domaines et sur tous les plans. Une dynamique qui a rendu espoir à notre peuple et confiance du citoyen en les institutions de son État ». Pour l’ANP, donc, l’Algérie est de nouveau sur la bonne voie : « Des pas importants ont été franchis avec assurance en dépit du temps relativement court, depuis l’accession du président de la République à la magistrature suprême du pays, et en dépit de la coïncidence de cette période avec la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, avec ses multiples difficultés et défis, que l’Algérie a pu, grâce à Allah, relever ».
Abordant le volet économique, le chef d’état-major de l’ANP par intérim a relevé « l’intérêt adéquat » réservé à ce dossier, notamment suite à la chute des prix des hydrocarbures, mettant en avant les efforts visant au rétablissement des grands équilibres budgétaires, la maîtrise des importations, la rationalisation des dépenses publiques, la diversification des importations et l’encouragement des investissements étrangers dans les secteurs productifs afin d’atteindre l’autosuffisance, réduire la facture des importations et la dépendance à l’extérieur.
D’autre part, le général-major, Chanegriha, a évoqué les principaux axes de la feuille de route « prometteuse » qu’il œuvrait à concrétiser sur le terrain. Il s’agit de « parachever la préparation et le développement du Corps de Bataille de l’ANP afin d’atteindre un niveau d’excellence et de professionnalisme dans tous les domaines » et de « poursuivre sans relâche le travail pour l’édification d’une Armée forte et moderne, apte à s’acquitter de ses missions constitutionnelles dans toutes les circonstances et en toutes circonstances ».
Mohamed Abdoun