pomme de terre

Pomme de terre d’arrière-saison : Une production de 1,5 million de tonnes

À en croire le président de la Fédération nationale des producteurs de la pomme de terre, les besoins du pays en matière de ce produit agricole seront largement satisfaits. Il en veut pour preuve, un niveau de production nationale qu’il qualifie d’«abondant» et lequel a atteint 1,5 million de tonnes pour la récolte d’arrière-saison, soit de décembre jusqu’ à février dernier. Pour Hassan Kadmane, cette quantité «va couvrir tous les besoins nationaux pour cette période de l’année», a-t-il indiqué dans une déclaration à l’APS, en marge dune rencontre ayant réuni le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) avec des agriculteurs de Boumerdès et des représentants d’agriculteurs des wilayas d’Alger, Tizi-Ouzou, Blida et de Bouira. Le président de la Fédération nationale des producteurs de pomme de terre a aussi fait part d’une amélioration de l’ordre de 30 à 40 % de la moyenne de rendement de pomme de terre d’arrière- saison, comparativement à la campagne écoulée, imputant cette bonification aux conditions climatiques propices, à la réduction des maladies et au développement des mécanismes de production. La production nationale de pomme de terre, toutes saisons confondues (saisonnière, arrière saison et précoce) pour la campagne agricole 2017/2018, a atteint les 4,5 millions de tonnes, a-t-il ajouté par ailleurs, prévoyant une hausse de la production durant les deux ou trois prochaines années à venir, pour atteindre les cinq (5) millions de tonnes de pomme de terre/an. Néanmoins, a-t-il ajouté, la réalisation de cet objectif nécessite «la garantie d’une infrastructure de base adaptée, représentée notamment par des capacités adéquates en matière de stockage, de transformation, de commercialisation et d’exportation», a-t-il observé. S’agissant des cours de la pomme de terre sur le marché national, le président de la Fédération nationale des producteurs de pomme de terre a assuré qu’ils fluctuent actuellement entre 15 à 20 DA le kilo chez les grossistes, contre 30 à 40 DA le kilo chez les détaillants. Il a, en outre, insisté sur l’impératif de régulation du marché et du commerce de ce produit en vue de la préservation de la profession d’une part, et de la protection du consommateur d’autre part, en préservant son pouvoir d’achat. Par ailleurs, Kadmane a signalé que suite à l’élection des conseils professionnels des wilayas pour la filière, il sera procédé à l’examen des préoccupations et propositions des agriculteurs du domaine lors de la rencontre nationale qui sera prochainement consacrée à la filière pomme de terre.
R. N.