Émigration illégale : Le HCI plaide l’ouverture de canaux de dialogue

«Le HCI a examiné lors de sa 63e session plusieurs questions notamment le traitement de l’émigration illégale en formulant plusieurs propositions», axée principalement sur «l’appui à la politique d’insertion des jeunes, l’encouragement des crédits d’investissement et la création d’emplois», précise un communiqué du Conseil, appelant à «l’ouverture de canaux de dialogue et à l’élargissement et l’activation des cellules d’écoute tout en œuvrant à poursuivre les efforts visant à contrecarrer l’émigration clandestine».

Dans ce sens, le HCI a souligné l’impératif d’élargir les actions de sensibilisation menées par les différents acteurs de la société à travers la sensibilisation aux dangers de ce fléau tout en renforçant les mécanismes de lutte contre les réseaux de passeurs dans le cadre des efforts sécuritaires communs entre les pays concernés.
Le Conseil a exhorté, dans ce sens, les médias à produire davantage de matière médiatique mettant en relief la souffrance des jeunes émigrants pour contrer les appels incitant à l’émigration et à promouvoir les potentialités de l’Algérie dans différents domaines. Évoquant, par ailleurs, la hausse des taux de divorce et de Khol’a, les membres du HCI ont mis en avant la nécessité de prendre les mesures juridique et médiatique idoines, outre la formation pour la protection de la famille et de la société ainsi que la préservation de la stabilité et de la cohésion familiale et sociale, note le communiqué.
Ils ont convenu, dans ce sens, de l’importance de «promouvoir des alternatives pour le règlement des conflits et élargir les domaines concernés par les mécanismes de conciliation, de médiation et d’arbitrage devant préserver la société contre ce phénomène».
Par ailleurs, le HCI a examiné les préparatifs en cours relatifs à l’Organisation de la Conférence internationale sur l’enseignement de l’éducation islamique dans les établissements publics, prévue les 23 et 24 avril prochain à Alger, qui sera couronné par la déclaration d’Alger visant à «préserver l’identité personnelle et à concrétiser les droits fondamentaux à un enseignement sain et efficace à la lumière des mutations mondiales».