DGSN

NOMBRE DE MANIFESTANTS À LA MARCHE DE VENDREDI À ALGER : La DGSN déjuge l’agence britannique Reuters

Dans un communiqué rendu public tard dans la soirée de vendredi, jour de la 6e marche pacifique du mouvement populaire et citoyen que connait le pays depuis le 22 février dernier, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), a formellement démenti «avoir annoncé une quelconque estimation sur le nombre des manifestants ayant participé aux marches à la Capitale.» Ainsi, la réaction de la DGSN est intervenue peu de temps après l’annonce par des chaînes de télévisions privées nationales et étrangères de ce qui apparait comme des fake news, citées par une dépêche de l’agence de presse britannique «Reuters », laquelle avait indiqué qu’«un million de personnes sont descendues vendredi dans les rues d’Alger», tout en précisant que l’information leur a été «communiquée par la DGSN.» Il est à noter dans ce sens, que le démenti de la DGSN pointe du doigt «le manque de professionnalisme» de nos chaînes de télévisions ayant relayé cette fausse information, alors que la situation que traverse le pays, exige un degré élevé de vigilance de la part des médias qui, hélas, se soucient plus de l’effet du scoop que des considérations d’information de l’opinion publique. Au fait, la reprise des fakes news en question par des chaînes de télévision privées nationales est la deuxième du genre, après celle intervenue, il y a moins de deux semaines, où des médias nationaux avaient diffusé une rumeur et qui annonçait de présumées nouvelles mesures portant sur l’augmentation de salaires pour les policiers. Laquelle supposée information a été toute aussi démentie par la DGSN. Avec ce dernier démenti en date, la DGSN a tenu à mettre en garde les citoyens, et les utilisateurs des réseaux sociaux, les appelant «à la prudence concernant les fausses informations qui se diffusent et se relayent en vue de manipuler l’opinion publique.» En ce sens, la DGSN a indiqué dans son communiqué qu’elle « se démarque de toutes les informations diffusées par des médias et sur les réseaux sociaux imputées à ses services sans être passées par ses canaux officiels de communication, ouverts durant toute la semaine et 24h/24h. »
Mohamed Amrouni