UA

MISSION D’OBSERVATION ÉLECTORALE DANS LES TERRITOIRES SAHRAOUIS : L’UA dit « non » au Maroc

L’Union africaine ne cautionnera jamais la politique expansionniste du royaume du Maroc au Sahara occidental dans la mesure où l’Acte constitutif de l’organisation lui dicte des principes inaliénables. Faut-il rappeler quelques règles de base de l’article 4 qui stipule l’ « Égalité souveraine et interdépendance de tous les États membres de l’Union » et le « Respect des frontières existant au moment de l’accession à l’indépendance ».

Ainsi, en prévision des élections législatives du 8 septembre, le Maroc a sollicité l’UA pour l’envoi des observateurs pour superviser l’opération qui concernera non seulement le territoire du royaume, mais aussi et surtout celui du Sahara occidental. La demande marocaine ne passe pas, pour la simple raison que le Sahara occidental est un territoire occupé et reconnu comme tel par les textes officiels de l’organisation panafricaine. En effet, en réponse à la demande du royaume, l’UA a opposé un refus net quant à dépêcher une mission d’observation électorale pour couvrir le déroulement des élections législatives qui devaient inclure illégalement les territoires sahraouis occupés. En revanche, l’organisation a dit « oui » à la République arabe sahraouie démocratique, dont la position soutenant l’illégalité de l’opération électorale marocaine, étendue aux territoires sahraouis occupés, a été prise en considération et est validée en conséquence n’en déplaise au Maroc qui tente en vain de mener en bateau l’UA.
Avec cette décision, l’UA venait à donner un nouveau camouflet à Rabat qui voulait impliquer les citoyens sahraouis dans un processus électoral qui ne les concerne ni de près ni de loin. Et pour cause, les Sahraouis sont dans leur propre territoire qu’ils aspirent à recouvrer en toute souveraineté dans le cadre du référendum d’autodétermination. C’est d’autant plus encore que le Royaume engage ses forces d’occupation militaires avec toute la machine répressive et de violations des droits humains des Sahraouis dans leur propre territoire.
Il convient de rappeler que le président sahraoui, Brahim Ghali, avait appelé le SG de l’ONU à intervenir afin d’empêcher le Maroc d’inclure le Sahara occidental occupé dans ces élections législatives et à mettre un terme à toutes les activités illégales menées par Rabat dans ces territoires. Dans sa missive, Ghali avait fermement rejeté « le processus illégal », préparant la tenue d’élections prévues en septembre.
C’est « une violation flagrante du statut légal du Sahara occidental, un territoire en attente de décolonisation sous la responsabilité des Nations unies », écrit alors Ghali dans sa lettre au SG de l’ONU.
Farid Guellil