L’ESPAGNE, LA RUSSIE, LA THAÏLANDE ET LE VIETNAM DÉCOUVRENT LA SAVEUR DU PRODUIT AGRICOLE ALGÉRIEN : 409 tonnes de fruits exportées en 2018

Si l’Algérie dispose d’un potentiel exportable hors-hydrocarbures, ce sera bien les produits agricoles, le fruit en particulier. Preuve en est, en 2018, quatre pays : la Russie, l’Espagne, le Vietnam et la Thaïlande notamment, ont été destinataires d’un volume de 409 tonnes de fruits à noyau et à pépin.

S’exprimant, hier, lors d’une rencontre nationale sur la campagne arboricole 2017-2018 , le ministre de l’agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, a affirmé que la filière arboricole a enregistré une production de 16 892 480 de quintaux contre 4 523 370 de quintaux en 2 000, soit une augmentation de 273% par variété . De même, il a souligné que la production des espèces de fruits à noyaux atteint 6 110 640 de quintaux et de 8 095 581 de quintaux pour ce qui est des fruits à pépins. Bouazghi a révélé, en outre que, sur le plan économique, la valeur de la production d’arbres fruitiers en 2018 a atteint 197,8 milliards de DA, contre 121,6 milliards en 2010, soit une augmentation de 63%, ce qui représente 8% de la valeur totale de la production agricole en 2018. En matière d’exportation, le ministre a fait savoir que l’Algérie a exporté en 2018 l’équivalent de 409 tonnes de fruits à noyau et à pépin, principalement vers la Thaïlande, l’Espagne, le Vietnam et la Russie, révélant ainsi qu’à la lumière de ces résultats, cette filière contribue toujours au développement des industries agro-alimentaires ainsi que la valorisation des zones de montagne et des zones caractérisées par le climat local.
Par ailleurs et dans le cadre d’encourager l’arboriculture en Algérie, le premier responsable du secteur de l’agriculture en Algérie, Abdelkader Bouazghi, a souligné d’emblée, que l’État a réalisé des investissements importants dans les infrastructures et les équipements du monde rural, la création de zones d’irrigation, la mise en culture de grandes surfaces d’arbres fruitiers, la création de pépinières et le développement de la mécanisation agricole ainsi que la fourniture d’équipements de conversion et de stockage, L’établissement d’industries manufacturières et d’entreprises agroalimentaires et l’ampleur de ses dépenses dans le domaine du soutien financier au développement de cette filière. De même, cette filière, a-t-il poursuivi a fourni plus de 1,6 million d’emplois permanents et saisonniers, ainsi que la création d’un nombre important d’entreprises engagées dans l’évaluation, le conditionnement, et la transformation de produits dérivés des arbres. également, cette même source affirme toutefois que la disponibilité alimentaire nationale pour la consommation de fruits est estimée à 40,3 kg / an par habitant et couvre 100% des besoins de consommation. évoquant le rôle de l’agriculture dans le développement de l’économie du pays, l’orateur a estimé que ce secteur doit devenir un véritable moteur de la croissance économique en augmentant la production agroalimentaire stratégique et en promouvant le développement intégré de toutes les régions rurales.
Mehdi Isikioune