LES ENDETTéS DE L’ANSEJ, DE LA CNAC ET DE L’ANGEM PROTESTENT : Près de 20 000 promoteurs marchent aujourd’hui à Tizi-Ouzou

Alors que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité social, Mourad Zemali, avait été formel en juillet dernier concernant l’impossibilité d’effacer les dettes des crédits Ansej, le collectif d’appui à la microentreprise (CAME) prévoit l’organisation d’une marche, aujourd’hui, à Tizi-Ouzou, pour réclamer une amnistie totale aux bénéficiaires de projets dont les entreprises ont fait faillite.
Selon le président de ce collectif, Yacine Gellal, cette action, qui aura lieu depuis l’université de Mouloud-Mammeri jusqu’au siège de la wilaya de Tizi- Ouzou, devra regrouper près de 20 000 personnes bénéficiaires des trois types de crédits Ansej, Cnac et Angem, rapporte le site d’information TSA. Yacine Gellal a fait savoir, à ce propos, que plus d’un million de micro-entreprises ont eu de gros problèmes les ayant empêchés de poursuivre leurs activités sur le marché, ce qui les poussent à demander l’effacement de leurs dettes, car, a-t-il dit : «ils ne peuvent plus rembourser leurs crédits». Il convient de souligner que cette action de contestation intervient quelques mois après la déclaration du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, qui affirmait qu’il n’y aura pas d’effacement des dettes des crédits ANSEJ (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes). Zemali avait déclaré que la seule décision prise est relative à l’effacement des pénalités de retard, mais en aucune manière les dettes des jeunes ayant contracté des crédits pour la réalisation d’un projet ANSEJ. D’après lui, la politique du gouvernement s’articule essentiellement autour de l’encouragement de l’entrepreneuriat. Une telle décision serait, selon lui, contre-productive. À rappeler que souvent des bénéficiaires de crédits ANSEJ organisent des manifestations pour réclamer l’effacement de leurs dettes, comme ce fut le cas, il y a quelques années pour les agriculteurs. Il faut signaler, à ce propos, qu’en septembre 2017 les banques publiques, l’ANSEJ et la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) avaient signé une convention de retraitement des créances ainsi que des agios réservés éligibles à l’efficacement, nés des crédits accordés aux promoteurs Ansej antérieurement au mois de mars 2011.
Ania Nait Chalal