M2

L’ALGÉRIE GLANE 4 MÉDAILLES D’OR ET UNE EN BRONZE : Nos karatékas à l’honneur !

Ça y est c’est le top départ pour les compétitions même si, une journée auparavant le programme de water-polo avait débuté à la piscine du jardin public.
Dimanche, les athlètes des différentes disciplines retenues dans le programme de l’édition ont retroussé leurs manches qui pour concourir et qui pour poursuivre sa préparation et maintenir sa forme en attendant son entrée en lice. C’était une journée de labeur même si certains membres de délégations, chanceux, ont pu faire une escapade à Santa Cruz et au plateau de Moulay Abdekka. Oran, dès la matinée a senti qu’il y avait un bon coup à jouer sur le tatami de la salle de karaté aménagée au niveau du CCO qui a abrité également les compétitions de tennis de table.Et elle a vu juste puisque l’Algérie a entamé sa moisson de médailles grâce aux karatékas, hommes et femmes, qui ont glané quatre médailles d’or et une en bronze. C’est ça l’Algérie qui gagne et c’est cette Algérie qu’on aime.Au même moment, les lutteurs faisaient leur entrée au palais des sports de M’dina jdida. Cet essaimage des sites de compétition à travers la ville a fait le bonheur des Oranais qui avaient l’embarras du choix pour assister à une joute. Même la Corniche a eu sa part du gâteau puisque certaines disciplines, notamment nautiques y ont été domiciliées.

Les jeunes Fennecs domptent La Roja
Dans l’après-midi et alors que le Portugal se mesurait à l’Italie au stade Zabana, les jeunes Fennecs disposaient au terme d’un match épique des Espagnols sur la pelouse du nouveau complexe de Sig, une région oléicole  connue pour son industrie de confiserie d’olives et la finesse de son huile. Dans la soirée, et alors que l’Algérie affrontait en dames la France, le théâtre de verdure Hasni Chakroun retrouvait l’ambiance du festival de Rai qui est revenu à sa terre, génitrice, après des années d’errance. La première soirée en hommage au regretté Hasni a été un franc succès puisque, passée la frayeur de la secousse sismique enregistrée dans la région, les familles ont afflué comme au bon vieux temps. « Nasro l’Apico », la cheville ouvrière du festival a réussi son défi, faire revenir le festival de rai à Oran. Et pendant ce temps, les places publiques et les espaces verts ont continué à vibrer grâce aux représentations du festival de théâtre de rue et des soirées organisées pour la circonstance. El Bahia a vécu sa première journée des JM dans l’allégresse des premières médailles d’or récoltées, dans la frayeur d’une secousse sismique ressentie aux environs de 20h et dans un flot de décibels déversés par les enceintes acoustiques qui ont orné le théâtre de verdure et les places publiques. Malgré la secousse perçue par les Oranais un brin  superstitieux,   comme un coup de mauvais œil, la ville a retrouvé sa joie jusqu’aux aurores d’une nouvelle aube naissante que sont venu annoncer les premiers rayons de soleil.
Slimane B.