seismep5

SÉISME DE 5,1 SUR L’ÉCHELLE DE RICHTER À ORAN : Pas de victimes et des dégâts matériels minimes

Un séisme de magnitude 5,1 degrés sur l’échelle de Richter a frappé, dimanche 26 juin, la wilaya d’Oran.

La terre a tremblé à 20h17 mn, sur le littoral oriental de la wilaya, avec comme épicentre la région d’Arzew, dont la population a fortement ressenti la secousse qui « n’a,  fort heureusement, fait aucune perte humaine », a indiqué le chef de la  daïra d’Arzew, Aziz Azzeddine, qui a fait état de dégâts matériels minimes, à l’image de l’effondrement de quelques plateformes et autres balustrades de balcons de vieilles bâtisses dans diverses zones du chef-lieu de la commune, notamment au niveau du quartier qui abrite le vieux bâti, à l’instar de Petit lac, El Guetna ou les localités limitrophes, telles que El Mohgoun ou Hai Gourine. Il convient de noter que, le wali d’Oran s’est déplacé durant la nuit de dimanche dans la région d’Arzew, où il s’est enquis de la situation, notamment au niveau de la zone industrielle d’Arzew, dont les installations pétrolières des différentes unités pétrochimiques n’ont pas été impactées par la secousse.

Incendie dans la zone industrielle d’Arzew ?
Par ailleurs, le groupe Sonatrach a démenti l’information relayée sur les réseaux sociaux faisant état d’un incendie qui se serait déclaré dans des installations pétrolières dans la zone industrielle d’Arzew. Des sources locales, ont indiqué que les installations pétrolières automatisées ont redémarré, après un arrêt automatique conséquence de la secousse et de la coupure de courant électrique. « Nous tenons à rassurer les populations environnantes que la zone industrielle d’Arzew fonctionne normalement et qu’aucune anomalie n’est signalée», ont indiqué nos sources qui rappellent que tout juste après la secousse des inspections techniques de routine ont été effectuées sur les installations pétrolières, et ce, afin de s’assurer qu’elles n’ont pas subi de dommage. Notons qu’au niveau des communes à l’Est du chef-lieu de wilaya comme Arzew, Aïn El-Bya, Béthioua, Gdyel ou Sidi Ben Yebka en plus des cas de panique, des lézardes sur les murs et quelques dommages minimes ont été signalés sur certaines habitations.  Une cellule de crise a été installée, pour évaluer la situation et décider des mesures à prendre pour permettre à la vie de reprendre son cours normal dans la capitale des hydrocarbures et sa région, note-t-on.
Slimane B.