Rahabi

INSTITUTIONS, PARTIS, PERSONNALITES ET COMPOSANTES DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À L’UNISSON : « L’Algérie a pris une décision juste et souveraine »

Le RND
Le Rassemblement national démocratique a exprimé son soutien absolu à la décision de l’Algérie à l’égard du Maroc, la considérant comme décision « souveraine qui protège les intérêts de l’Algérie et de son peuple contre les menaces et les provocations d’un pays voisin ». Dans un communiqué, le parti de Tayeb Zitouni a indiqué qu’il avait tout le temps « mis en garde contre la gravité des hostilités émanant constamment du Royaume du Maroc, et appelé à y faire face avec fermeté, tout en appelant les autorités algériennes à prendre les mesures nécessaires pour faire face aux pratiques honteuses du régime marocain, qui violent le principe du bon voisinage ».
Cependant, le RND a appelé le peuple algérien à la vigilance et au rassemblement autour de ses Institutions officielles et souveraines, et à défendre les intérêts diplomatiques et économiques de l’Algérie, ainsi que l’Unité de son territoire, préserver son tissu social, protéger sa sécurité nationale, et faire face à toute agression, quelle que soit sa source.

Le Front El Moustakbal
Le Front El Moustakbal a affirmé, de son côté, son soutien à la décision « souveraine et sage » de la diplomatie algérienne, à la suite des pratiques du Makhzen qui portent atteinte aux droits de voisinage et heurtent les sentiments de fraternité », précise le parti d’Abdelaziz Belaïd dans un communiqué. Ajoutant que le Maroc a ciblé avec ces pratiques « la souveraineté nationale en semant le chaos », insistant sur « l’intransigeance dans les relations internationales », notamment avec les événements récents dans notre pays, qui ont révélé « le soutien du régime marocain aux organisations terroristes cherchant à saper l’Unité nationale et à semer la discorde entre le peuple algérien ». Soulignant enfin que les « pratiques du makhzen, ne représentent pas l’authenticité du peuple frère marocain ».

Le FLN
Également, le parti Front de libération nationale a salué la position « décisive », et « souveraine » de l’État algérien. Dans un communiqué, le parti d’Abou El-Fadhel Baâdji, affirme que l’Algérie s’est réservée le droit de mettre en œuvre sa stratégie pour répondre de manière « appropriée » aux attaques du régime du makhzen. Selon le parti, «la décision souveraine de l’Algérie est une décision responsable et justifiée. Et les faits connus confirment que le régime marocain a augmenté le niveau de son hostilité envers l’Algérie, l’État et ses Institutions, car il s’est engagé sur plusieurs fronts. En plus, le parti cite les tentatives du Makhzen de frapper l’Unité nationale, et de soutenir un mouvement hostile, que notre pays a qualifié d’organisation terroriste. « Il est devenu clair que ce régime utilise des traîtres et des agents pour envenimer la situation interne en Algérie », a dénoncé le parti.
La même source précise que cette décision « confirme que l’Algérie, férue de relations fraternelles entre deux peuples frères, patiente et endurée, n’acceptera pas la persistance de la provocation, du complot et de l’agression ».

El Binaâ
Dans un communiqué, rendu public mardi soir, le Mouvement d’El Binaâ a apporté son soutien aux décisions prises par l’Algérie concernant la rupture les relations avec le Maroc.
« Cette position diplomatique est justifiée par les attaques du Maroc contre l’Algérie et le dépassement de toutes les règles diplomatiques en soutenant les organisations terroristes, en plus des atteintes flagrantes à l’Unité du peuple algérien », lit-on dans le communiqué. « C’est la politique de fuite en avant pratiquée par le Maroc qui nous a menés à cette situation, qui est malheureusement une grande perte pour le peuple marocain », a expliqué le parti d’Abdelkader Bengrina.

Rassemblement des étudiants Algériens
Le Rassemblement des étudiants algériens indépendants, a salué la décision de l’État algérien de rompre ses relations avec le Maroc. Dans un communiqué rendu public, il a été indiqué que « la décision de l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc est salutaire notamment après les pratiques indignes du Makhzen ciblant la souveraineté de la Nation, qui reflètent sa volonté de perturber la stabilité du pays et la création de la discorde entre le peuple algérien, en complotant avec Israël et exprimant son soutien à des organisations classées terroristes (MAK et Rachad) ».

Conseil de la Nation
Selon le Conseil de la nation, cette décision représente une demande populaire qui s’identifie à la décision politique de l’État algérien dirigé par Abdelmadjid Tebboune, président de la République. Dans un communiqué l’Institution parlementaire dirigée par Salah Goujil, a indiqué que cette décision est la réponse « la plus raisonnable, la plus prestigieuse et la plus équilibrée de l’Algérie », qui a toujours « observé, à toutes les périodes de ses relations avec le Royaume du Maroc, le principe de retenue et de prise en compte de la dimension humaine dans les relations entre les deux peuples ». Le Conseil de la nation précise que cette décision intervient comme une protestation contre « la main empoisonnée » tendue par le Maroc, et en réponse « aux tentatives successives du Makhzen  et de ses provocations ignobles contre l’Algérie », qui ont pris de multiples dimensions « dangereuses » et « menaçant la sécurité et la sûreté du pays ainsi que sa cohésion nationale ».

Abdelaziz Rahabi
De son côté l’ancien diplomate et ministre, Abdelaziz Rahabi, a affirmé dans un tweet posté hier, que l’Algérie a fait preuve « de retenue et de responsabilité en ne rompant pas ses relations diplomatique avec le Maroc le jour même où son représentant à New York appelait officiellement à la sédition en Algérie ». Comme pour dire, que l’intransigeance depuis lors du Maroc a amené l’Algérie à rompre ses relations avec lui.
Propos recueillis par Sarah Oubraham