djellab

Il a effectué, hier, une virée dans des marchés de fruits et légumes à Alger : Le ministre Djellab en homme de terrain

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab a levé le voile, il y a quelques jours, sur son plan anti-spéculation pour le mois de Ramadhan. Une série de mesures qu’il a imposées, notamment à travers un contrôle rigoureux sur les canaux de distributions, par le moyen de lancement, à la veille du mois sacré, d’une large campagne de contrôle au niveau des marchés de fruits et légumes là où ils existent sur le territoire national. Ainsi, le ministre a ordonné la réquisition de pas moins de 8950 agents-contrôleurs, et a instruit les services du Commerce à investir le terrain au lieu de rester confinés dans leurs bureaux. Hier, c’est le ministre lui-même qui est descendu sur le terrain en effectuant une visite au niveau de quelques marchés de la capitale Alger.
En effet, coïncidant avec le lancement de la large campagne de contrôle, ayant débuté hier au niveau des marchés à travers le territoire national, le ministre du Commerce a décidé d’effectuer une visite d’inspection au niveau du marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus, où il a procédé à un travail d’inspection de ses propres yeux, le circuit d’approvisionnement des fruits et légumes, et les prix pratiqués sur les produits en offre sur les lieux.
En fait, dans sa visite d’apparence inopinée, le ministre Djellab n’a pas prévu d’échanger sur place avec des mandataires, sachant qu’il a insisté sur la nécessité de préserver les prix au profit des consommateurs algériens et par voie de conséquence préserver leur pouvoir d’achat et les prémunir de la spéculation, une pratique à laquelle se livrent les intermédiaires véreux, qui profitent de la frénésie des achats en cette période de l’année pour imposer leur diktat sur les prix. D’emblée, Saïd Djellab a profité de l’occasion pour pointer du bout du doigt «les profiteurs» qui sont derrière les pratiques de spéculation au vu et au su de tout le monde. Sur place, il a assuré de la détermination du gouvernement à préserver le pouvoir d’achat du citoyen, rappelant que son département a entamé des campagnes de contrôle nationales au niveau des canaux de distribution dans toutes les régions du pays pour faire face justement aux contrevenants. C’est du moins le langage employé par le ministre lors de sa visite qui l’ait guidé au marché de gros des Eucalyptus, qui est l’un des plus importants des 46 marchés du genre sur le territoire national. En effet, après avoir arpenté les rayons des différents étals présentant des produits frais consistant en des fruits et légumes, ainsi que les prix pratiqués sur les nombreuses offres, et après avoir pris connaissance de la diversité des produits exposés, il a estimé les prix pratiqués d’«accessibles». Cependant, le ministre du Commerce a lancé un appel aux mandataires et les a invités à «œuvrer à garantir une abondance et une stabilité des prix». Et pas que cela. Car, après avoir échangé sur place avec l’un des mandataires, le ministre a carrément refusé, voire interdit, à tous vendeur d’augmenter les prix en fonction de la disponibilité du produit, a-t-il averti, pour dire qu’il suit de très prêt, et de lui-même, le dossier des prix. «La hausse des prix est administrée en fonction de l’augmentation de l’offre à la faveur de la demande», a-t-il rappelé la règle en cours des marchés. Par ailleurs, le ministre Djellab a saisi cette occasion pour appeler une nouvelle fois les contrôleurs, à la nécessité de remettre les « check-lists » aux directions de Commerce de leurs wilayas respectives avant 10 heures de chaque matinée de travail. Par la même, Saïd Djellab a aussi rappelé à l’ordre les vendeurs véreux, en demandant lui-même à quelques vendeurs et transporteurs de marchandises rencontrés sur place, de lui fournir les factures d’achat afin de s’enquérir de la conformité de leurs marchandises à la réglementation en vigueur.
Mohamed Amrouni