Formation des nouveaux enseignants durant les vacances d’hiver : Le CLA critique la démarche de Benghebrit

Une fois de plus, les critiques s’abattent sur le département de Nouria Benghebrit. l’idée d’avoir organiser une session de formation au profit des nouveaux enseignants des trois paliers éducatifs durant les 15 jours de vacances « n’aurait aucun sens », selon le secrétaire général du Cla, Idir Achour.
L’opération de formation ayant concerné 60 000 enseignants fraichement recrutés durant cette période de vacances d’hiver semble déplaire aux syndicats autonomes du secteur de l’éducation. En effet, pour le conseil des lycées d’Algérie, non seulement les enseignants en stage sont privés de leur congé mais en plus la période de formation est loin d’être suffisante. Contacté, hier, Idir Achour pense que cette formation «n’est qu’une perte de temps et d’argent » mettant en cause « sa qualité » puisque argue-t-il : « 15 jours ne sont pas suffisants pour former un bon enseignant ». Idir Achour s’est, en outre, interrogé sur le contenu de cette formation et les personnes qui la font. « Nous ne savons pas de quoi il s’agit exactement », a-t-il soutenu. Le syndicaliste pour qui le « réquisitionnement » des enseignants pendant leur congé est « insensé » estime, d’autre part, que le ministère de l’éducation aurait pu organiser ces sessions de formations différemment. Il a proposé, dans ce cadre, d’alléger l’emploi du temps des nouveaux enseignants leur permettant de suivre des formations durant leur temps libre. Cette opération devrait se faire, poursuit-il, sur le terrain avec des enseignants expérimentés. Pour rappel, la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghebrit, avait indiqué mardi à Alger que 60.000 nouveaux enseignants des trois paliers de l’enseignement (primaire, moyen et secondaire) suivaient une formation durant les vacances scolaires d’hiver. Les enseignants lauréats du dernier concours de recrutement suivent, depuis le 24 décembre et jusqu’au 31 décembre, une formation dans leurs domaines de spécialité, en psychologie et sur les concepts de base contenus dans les programmes de deuxième génération, avait précisé Benghebrit lors d’une visite d’inspection au centre de formation pédagogique préparatoire des enseignants du moyen et du secondaire (lycée colonel Amirouche) à Staouéli (Alger-ouest). Cette opération entre dans le cadre de la formation continue dont bénéficient ces enseignants depuis juillet. La formation est dispensée par des enseignants retraités bénévoles.
Ania Nch-NB