Yousfi

Dialogue stratégique algéro-brésilien / Les travaux débutent, aujourd’hui, à Alger : Se créer de nouvelles opportunités d’investissements et de partenariat

À moins de quatre mois de la tenue, aujourd’hui, à Alger, du dialogue stratégique algéro-brésilien, le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a estimé, mars dernier, au terme d’un entretien avec l’ambassadeur brésilien en Algérie, Eduardo Botelho Barbosa, que le Brésil est «en mesure d’apporter sa contribution à la relance de l’industrie algérienne», invitant les opérateurs brésiliens à investir en Algérie dans les composants automobiles, estimant, par ailleurs, que l’industrie agroalimentaire peut être un secteur de coopération entre les deux parties.

La réunion du Dialogue stratégique algéro-brésilienne, à Alger sous la co-présidence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et du ministre brésilien des Relations extérieures, Aloysio Nunes Ferreira Filho, permettra l’examen des possibilités de renforcement des dispositifs de coopérations actuelles et les nouvelles opportunités d’investissements et de partenariat, entre Alger et Brasilia.
Depuis la signature, en juillet 2010, dans la Capitale brésilienne, de l’accord portant la création du dialogue stratégique algéro-brésilien, lors de la 4ème session de la commission mixte intergouvernementale, les deux parties ont œuvré à enregistrer des avancées notables, notamment en matière de coopération bilatérale, dont le secteur commercial, lequel a vu le Brésil figurait, en 2017, parmi les cinq premiers clients de l’Algérie, avec 2,08 mds usd, soit 6% des exportations globales algériennes, ce qui représente une augmentation de 28,7% par rapport à l’année 2016. Le renforcement des relations économiques et leur diversification au regard des potentialités des deux pays seront, sans nul doute, au cœur du dialogue stratégique algéro-brésilien, en vue de les booster sur la voie de la complémentarité, un atout qu’il y a lieu de mettre à profit.
Les relations bilatérales et l’engagement exprimé par les deux parties, à l’occasion de leurs nombreuses rencontres, bilatérales ou dans les forums internationaux, s’est traduit, faut-il le noter, depuis, par la mise en place de programmes, de projets et d’initiatives de partenariat, «mutuellement bénéfiques» pour Alger et Brasilia, dans divers domaines. La convergence de leurs analyses et de leurs points de vue sur nombreuses questions régionales et internationales, les responsables des deux pays n’ont cessé et ne cessent de réaffirmer à ce propos, leur volonté «de renforcer davantage la concertation et la coordination de leurs positions» au sein des forums internationaux, insistant notamment sur l’importance que les deux pays attachent au renforcement du rôle des Nations unies, à travers la réforme de son Conseil de Sécurité, visant un système plus juste, représentatif et équilibré. Autre espace où les deux pays œuvrent, par leur rôle respectif et conjoint, pour une meilleure concertation et coopération, les mécanismes de coopération bi-régionale, qu’il s’agisse du Forum Pays arabes-Amérique du Sud (ASPA) ou bien Amérique du Sud-Afrique (ASA), en vue de hisser, d’une manière générale, la coopération Sud-Sud. Rappelons que l’’Algérie et le Brésil s’étaient engagés à œuvrer au renforcement des relations économiques et à leur diversification et à la consolidation du cadre juridique existant entre les deux pays, ce qui sera traduit, à travers les mesures, les décisions ou les recommandations qu’adopteront les responsables des deux pays, au terme de la tenue, aujourd’hui à Alger, du dialogue stratégique algéro-brésilien.
Karima Bennour