«Bougres d’ânes et bougres d’andouilles ne font qu’un !»

Par Hafidh A. Settar

Que notre sympathissime  dicentim le petit franc nous pardonne ce plagiat – pour la bonne cause- qui va comme un gant au dirlo de Mondafrique.

J’ai nommé Nicolas Beau- le mal nommé, avec sa tronche de sataniste,  affreux, sale et méchant-

Donc, Beau – qui est toujours aussi laid qu’un gothiste affreux, sale et méchant-  a déféqué sur son canard- cette engeance  ne sachant faire  autre chose que ça- du  26 avril que le président des Algériens – parti pour un check-up médical- était  mort – ou presque-trois jours plus tard, Boutef rentrait chez lui

- en avion pas en bière !-

Des lustres avant Beau, un autre plumitif – algérien de souche çui-là- avait déjà enterré le chef de l’état en grosses manchettes sur son papelard.

On vous fait grâce du troupeau de Panurge qui beugle à chaque fois que le Président s’éclipse.

à croire que le locataire d’El Mouradia  a, comme le chat, sept vies! Et dans ce cas là tant mieux pour lui – Et pour le pays !-

Mais il reste que ceux-ci et ceux-là oublient que la sagesse du terroir avertit bien que «Celui qui marche peut bien mourir avant  l’agonisant».

Hélas,  ces « bougres d’ânes et bougres d’andouilles ne font qu’un » !

H. A. S.