Bedoui rassure à nouveau les gardes communaux, les patriotes et toutes les victimes du terrorisme : «Le président Bouteflika suit personnellement le dossier»

Interpellé, hier à Jijel, par un délégué des gardes communaux qui ont combattu le terrorisme durant la décennie noire, au sujet de leurs revendications sociales, Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur, des Collectivité locales et de l’Aménagement du territoire, a rassuré à nouveau d’un engagement de l’État quant à la prise en charge du dossier jusqu’à son assainissement total.
Le premier responsable du département de l’Intérieur en veut pour preuve, à ses assurances à l’endroit de cette catégorie des patriotes, le fait que le dossier soit entre les mains du président de la République. «Les gardes communaux et membres de leurs familles, notamment leurs épouses et leurs enfants, sont sous notre responsabilité, suivant les orientations du président de la République. Nous avons pris en charge le dossier et nous continuerons à le faire», a tenu le ministre comme réponse devant un délégué des gardes communaux qui l’a interpellé sur leur situation.
D’autre part, Bedoui rappelle ce qui a été fait jusque là par les services de son ministère à l’effet de soulager, autant que faire se peut, la souffrance des gardes communaux, corps de sécurité, rappelons-le, institué durant les années 90 pour faire face à l’ascension des groupes terroristes. «Sur le plan social, il faut savoir que nous avons déjà fait bénéficier les gardes communaux de logements», a indiqué le ministre pour étayer ses propos mais surtout pour dire que l’État est conscient des préoccupations des gardes communaux et leurs familles, depuis notamment que ce corps a été dissout en 2011.
Devant son interlocuteur qui semble perdre patience du fait que cela fait des mois que ses compères revendiquent une amélioration de leur situation sociale, Bedoui demande à accorder du temps.
C’est-à-dire, dès lors que le dossier est pris en charge par les hautes autorités du pays, il ne resterait que d’accompagner cet engagement sur le terrain. «Toutefois, nos frères compatriotes doivent comprendre que nous ne pouvions pas résoudre tous leurs problèmes en une journée ou deux. Encore une fois, nous sommes instruits par le président Bouteflika, qui suit de très près et personnellement le dossier des patriotes et de tous les hommes qui ont soutenu l’État algérien (décennie noire, ndlr)», a précisé Bedoui.
Il convient de rappeler qu’à chaque fois que l’occasion lui a été donnée, le ministre de l’Intérieur rebondit sur ce dossier. Au mois de mai dernier à Sétif, Bedoui a exprimé une promesse de l’État algérien, qui «réaffirme son entier engagement à l’égard des gardes communaux, de leurs enfants et des familles des victimes de la tragédie des années 90».
Farid Guellil