neguevp5

APRÈS LA RÉUNION DU NEGUEV, RABAT VEUT ORGANISER, À DAKHLA OCCUPÉE, UNE RENCONTRE DES PAYS NORMALISATEURS / Israël –Maroc : mêmes pratiques, mêmes visées !

Fidèle à sa tradition, Rabat continue de refuser l’entrée dans les territoires occupés,  à l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU au sahara occidental.

Il continue de mettre sous une chape de plomb ses nombreuses atteintes aux droits de l’Homme perpétrées par ses services de sécurité et son armée contre les militants et les populations sahraouis. D’ailleurs, il refuse même le principe d’étendre la mission de la Minurso au contrôle du respect de ces droits. C’est la même attitude utilisée depuis des années par l’entité sioniste, qui se veut le parangon de la démocratie et des droits de l’Homme, mais qui refuse aux représentants d’organismes onusiens et d’Ong de se rendre dans les territoires occupés. Même alliance, mêmes pratiques. Et comme Rabat a aujourd’hui trouvé en Israël, un mentor en mesure d’applaudir ses errements, ses atteintes aux droits de l’Homme et sa volonté d’annexer des territoires qu’il occupe depuis 1975, elle le singe au point de vouloir lui ressembler sur tous les plans. Il y’a quelques mois, une réunion avait regroupé au Néguev dans le sud de l’État hébreu,  des représentants de pays arabes ayant normalisé leurs relations diplomatiques avec l’entité sioniste pour discuter de perspectives de développement, de coopération et de démocratie. Rabat a pris le témoin pour prendre le relais et organiser, en novembre prochain, une rencontre similaire dans la ville occupée de Dakhla. C’est une provocation de plus du Maroc qui est à la recherche de n’importe quel moyen pour gagner des soutiens à son plan d’annexion des territoires sahraouis occupés. Il faut rappeler dans ce cadre qu’Israël avait usé  des mêmes procédés et des mêmes ruses pour gagner des soutiens à son plan de judaisation de la ville sainte d’El-Qods. Elle avait appelé certains de ses soutiens à ouvrir des représentations diplomatiques dans la ville occupée pour créer une situation de fait accompli qui entraverait  tout plan de paix visant à faire de Jérusalem capitale de l’État palestinien. Il faut ouvrir ici une parenthèse pour rappeler que l’entité sioniste qui a toujours fermé l’accès à la ville sainte aux représentants de l’ONU et d’Ong, commence à voir son plan tomber à l’eau après l’annulation par le président Biden de la reconnaissance d’El Qods capitale d’Israël ( prise par son prédécesseur Donald Trump) . Même l’Australie a fait machine arrière après l’élection d’un nouveau chef du gouvernement.
Rabat est en train de voir le cercle des partisans de son plan d’autonomie se rétrécir et plusieurs capitales occidentales ont décidé de renégocier les contrats de pêche et de prospection de phosphate qui engloberaient les territoires sahraouis et qui ont été déclarés illégaux et caducs par la haute Cour européenne. Malgré toutes les tentatives de nier les droits du peuple palestinien à recouvrer ses droits et à retrouver sa terre occupée, sa cause continue de gagner des soutiens.  L’opinion publique occidentale, malgré le blackout imposé par l’entité sioniste sait aujourd’hui qu’un peuple est en lutte depuis 1948 pour recouvrer ses droits et sa terre spoliés. Tout comme elle sait qu’au nord de l’Afrique, le Sahara occidental, un autre  peuple mène le même combat pour libérer son pays envahi en 1975 après le retrait de l’armée espagnole.  Il faut souligner dans ce cadre que le président du comité d’El Qods, le commandeur des croyants M6,  a trahi la cause palestinienne et le serment de tout mettre en œuvre pour faire de la ville sainte la capitale de l’État palestinien tout comme il continue de tenter de tout mettre en œuvre pour faire du Sahara occidental des provinces de son royaume. Un plan voué à l’échec puisque la voix de la RASD est aujourd’hui audible aux quatre coins du monde.
Slimane B.