Africains, terroristes et héros

C’est fou de constater combien la notion des choses devient de plus en plus floue, ambigüe et disons : injuste. La qualification des Bleus pour les quarts de finale du Mondial 2018 en Russie aux dépens de l’Argentine de Lionel Messi à Kazan (4-3) en est la parfaite illustration.
L’origine africaine de la quasi-totalité de cette équipe française n’a pas été relevée. Car il faut dire que ce sont les Africains qui composent cette équipe, et que sur les 23 joueurs retenus par Deschamps pour cette Coupe du monde, 16 joueurs sont originaires d’Afrique dont 2 du Maghreb (Adil Rami et Nabil Fekir).
Si Mbappé (qui est d’origine camerounaise par son père et algérienne par sa mère) a été salué comme le nouveau Pelé, ce parce qu’il porte les couleurs de la France ; c’est donc un joueur français. Mais si demain, un acte terroriste, ou disons : malveillant est commis en France, ces mêmes joueurs salués en héros, deviendront des Africains.
I. M. A.