Soltani

AbouJerra Soltani dévoile les lignes directrices du « Forum international du Juste milieu » qui regroupera : intellectuels, anciens ministres, diplomates et ambassadeurs : « Nous jouerons un rôle de lobbyistes, de diplomatie d’élite au profit de l’Algérie ! »

L’ancien chef du parti islamiste du défunt Mahfoud Nahnah, Aboudjerra Soltani compte apporter «une plus -value», notamment sur la scène nationale, par son lancement du Forum international pour la modération «Wassatia», dont il est le président.

C’est ce qu’a soutenu, l’ex-ministre d’Etat au sein du gouvernement de Belkhadem, en affirmant, plus loin, que son Forum sera «un espace ouvert à la matière grise du pays, sans exclusion, où l’ensemble des questions et des sujets seront abordés et débattus sans tabou et préjugés » a-t-il précisé.
Insistant que le Forum international pour la modération «n’est pas un nouveau parti», Aboujerra Soltani a tenu à souligner aussi que la mise en place de ce Forum, «n’est pas une alternative, aux associations, aux formations politiques et aux syndicats ou autres cercles», indiquant que le Forum qu’il lance est «un espace de dialogue et non pas une cave de monologue». Pour l’invité du forum, du “Courrier d’Algérie”, l’espace de dialogue et d’échange qu’il vient de lancer, se veut «un espace ouvert à la matière grise de notre pays», à des hommes et des femmes, du monde, économique, politique, religieux, culturel et autres, «sans préjugés» car pour notre interlocuteur, «le manque de dialogue» est à l’origine des problèmes auxquels nous sommes confrontés, notamment «l’extrémisme et le fanatisme». Comptant parmi ses membres, entre autres, d’ex-ministres, comme Benkhalfa Abderrahmane et Melah Belkacem, sur la démarche entreprise pour la constitution de ce cadre, le président du Forum international pour la modération indique que des personnes ont été approchées et sollicitées, dans les 48 wilayas du pays, pour le lancement de ce forum, qui a reçu son agrément, dernièrement, du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Refusant «tout extrémisme et fanatisme» quelle que soit la bannière sous laquelle ils se manifestent, Aboudherra Soltani rappelle que trois slogans sont portés par son Forum, citant « la pensée, le dialogue et le développement. En se dotant de ce cadre pour la modération, que l’invité de notre Forum préfère appeler «juste milieux», avance que le nouveau-né sur la scène nationale, aura à contribuer, notamment à travers le dialogue, “à faire reculer les idées extrémistes» qui se sont incrustées, dans notre société et également dans la scène arabe. Sur notre question de savoir, qu’en sera-t-il de la neutralité du travail de ce Forum, alors que son président est un haut responsable au parti du MSP, plus encore, il a été à sa tête, pour assurer sa direction, après le décès de Mahfoud Nahnah, notre invité est catégorique, affirmant « qu’il n’y aura pas d’interférence», entre son profil d’homme politique et de président du Forum en question. Pour être plus convaincant, il avance que dans l’activité et les structures syndicales ou associatives, bon nombre de responsables sont à la tête de leurs directions respectives et sont des cadres de partis politiques, sans pour autant, indique-t-il, que « les décisions ou les orientations politiques s’imposent dans l’espace syndical ou associatif ». Poursuivant, il dira que dans les statuts de son forum, il est précisé que tout président d’un parti politique ne pourra figurer aux postes de responsabilité du Forum international pour la modération. Traitant des questions et des thématiques qui se posent avec acuité sur la scène nationale, pour notre interlocuteur « il est temps de se doter d’un espace de dialogue et d’échange» entre les différents acteurs et de divers horizons notamment, «pour se comprendre et s’entendre sur l’essentiel et le commun qui rassemble la société algérienne.» Convaincu que le dialogue «fera reculer l’extrémisme» car, il dira que c’est en dialoguant, «en échangeant» avec ceux qui prônent les idées fanatiques que «ces derniers se rendront compte qu’ils sont dans l’erreur et se sont trompés» avance le président du Forum international pour la modération. Il est à rappeler que lors de son intervention, en décembre 2010, à l’occasion de la tenue à Alger d’une rencontre internationale sur la modération, celui qui était à cette date à la tête du MSP, avait annoncé, que celle-ci «s’inscrit dans le long processus du courant modéré en Islam, pour la lutte, par la pensée, contre la violence et le terrorisme.» Indiquant plus loin à cette occasion que «l’Islam ne comporte aucune idée appelant à l’extrémisme, bien au contraire, elle est une religion de paix.»
Karima Bennour