Desertec

UN MÉMORANDUM ALGÉRO-ALLEMAND SIGNÉ AVRIL PROCHAIN : Le méga projet ‘’Desertec’’ prend forme

Un premier mémorandum d’entente devra être signé, au mois d’avril prochain, entre le ministère de l’Énergie et l’Initiative DII Desert Energy relatif au développement des énergies renouvelables. Les consultations avec les responsables de ladite initiative se sont poursuivies pour l’évaluation des voies et moyens d’élargir la coopération bilatérale, dans l’objectif de réaliser des centrales électriques photovoltaïques et renforcer les capacités de production d’énergies renouvelables, a indiqué jeudi, à Alger, le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab, en réponse à la presse, en marge d’une séance consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN). La transition énergique est un point central du programme du Gouvernement. Elle comprend un programme dont la mise en œuvre est en cours pour procéder à la transition de l’énergie électrique produite à partir du gaz vers l’énergie électrique photovoltaïque, a souligné M.Arkab ajoutant que l’’Algérie était intéressée par la coopération avec le consortium allemand DII Desert Energy (Desertec). Ce dernier a lancé, en 2009, l’idée sur la mise en œuvre de projets d’énergies solaire et éolienne dans les déserts d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA).

4 000 mégawatts d’électricité aux trois prochaines années
L’Algérie produit actuellement 400 mégawatts d’électricité, un chiffre appelé à atteindre, durant les trois prochaines années, les 4 000 mégawatts pour la couverture des besoins en matière d’énergie, actuellement, produite seulement à partir du gaz naturel, a noté le ministre. Le secteur poursuivra le recours aux centrales électriques fonctionnant au gaz et à la vapeur, tout en intensifiant l’utilisation des énergies renouvelables dont les panneaux photovoltaïques, les stations éoliennes et l’énergie de biomasse. M.Arkab a indiqué que les panneaux sont disponibles. Le marché local assure plus de 100 mégawatts/an de panneaux photovoltaïques. Précisant que ces panneaux seront exploités dans l’éclairage public, le premier responsable du secteur a affirmé que l’administration consommait 27% de l’énergie produite, dont l’éclairage public consommant 12%, soit 15 600 mégawatts, d’où l’accélération de sa substitution par les énergies renouvelables notamment les panneaux photovoltaïques disponibles localement et ce, en coordination avec les ministères de l’Environnement et des Énergies renouvelables et de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.
H. H.