Société civile

UN DIALOGUE PRÉCÉDÉ PAR DES MESURES D’APAISEMENT : Les dynamiques de la société civile posent des préalables

Tout en réaffirmant leur soutien indéfectible au Mouvement populaire pacifique, entamé le mois de février 2019, ainsi que ses revendications légitimes, les dynamiques de la société civile ont tenu, cette semaine, une réunion ordinaire, au cours de laquelle il a été question de réitérer leur attachement au dialogue. Au-delà, question d’actualité oblige, les acteurs de ce pôle soutiennent des mesures d’apaisement, comme préalable au dialogue, et comme l’on revendiqué d’autres parties aussi bien que la rue d’ailleurs.
Dans un communiqué, rendu public mardi 30 juillet, il a été, en effet, indiqué que les participants à la réunion tenue au siège de l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation (UNPEF) ont réaffirmé leur soutien total inconditionnel au hirak populaire pacifique ainsi que leur attachement à un «dialogue sérieux et responsable pour trouver une issue à la crise et concrétiser la transition démocratique vers une nouvelle ère basée sur la souveraineté populaire. Cela devrait être précédé, a-t-on ajouté dans le même document, par la satisfaction de certaines conditions dont le départ des symboles du système conformément à la volonté du peuple, la libération des détenus d’opinion et des animateurs du mouvement populaire ainsi que l’arrêt de la répression et des poursuites judiciaires à leur encontre et la levée de toute forme de blocage sur les espaces publics et le hirak populaire.
Les dynamiques de la société civile ont appelé également à mettre un terme aux pressions sur les médias publics et privés et d’assurer la liberté de fournir aux citoyens des informations de manière professionnelle objective et neutre, et ont dénoncé, dans le même contexte, les pratiques de certaines parties envers les journalistes qui couvrent les manifestations populaires.
Le communiqué des dynamiques de la société civile a indiqué, par ailleurs, que, conformément aux résolutions de la conférence du 15 juin, une série de rencontres a été organisée avec les partis politiques, dont le MSP, le FJD, le MDS, Talaïe al Hourryat, le FFS, Jil Djadid, l’Union des forces démocratiques et sociales, le mouvement el Bina, al Fadjr al Djadid, l’Union pour le changement, le RCD et le PT.
Ania Nait Chalal