Déchets-recyclablesp5

TRI SELECTIF DES DÉCHETS À ALGER : Les mauvaises habitudes qui doivent changer

En marchant dans les boulevards et rues d’Alger, on remarque de plus en plus les dispositifs de tri sélectif des déchets, dont deux fractions : la première sèche (bac jaune pour les déchets valorisables tels que le papier et l’aluminium, et le plastique, et la deuxième humide (bac vert pour les déchets organiques) qui sont installés par la wilaya d’Alger dans plusieurs quartiers de la capitale, et sur lesquels il est bien écrit les horaires de collecte des ordures, qui sont fixés par les services de la wilaya entre (19h et 22h).

Cette opération de tri commence vraiment à prendre un grand impact ces derniers mois à Alger, surtout après la première manifestation, où des jeunes se sont mobilisés dans des opérations de nettoyage.
En effet, c’est en 2016 que l’Agence nationale des déchets en partenariat avec la wilaya d’Alger représentée par ses différentes EPIC «NET COM, EXTRA NET, GECETAL, gestion des centres d’enfouissement technique d’Alger» et l’AADL ont compté lancer la première opération de tri sélectif au niveau de la cité AADL des Bananiers (Commune el Mohammadia), dont la gestion des déchets est assurée par l’opérateur EXTRA NET, pour œuvrer, tous ensemble, à la promotion du tri et du recyclage en Algérie. Après cette première expérience, d’autres expériences pilotes sont venues dans certaines cités où les résultats ont été plutôt décevants, par faute d’une prise de conscience de la population à « Alger-Centre, Kouba, Zéralda, ou dans bien d’autres municipalités» où l’expérience a été testée. Rares sont les citoyens jusqu’à ce jour qui respectent les consignes de tri selon la couleur des bacs. La raison est simple, car la plupart des habitants ignorent l’enjeu de cette opération pour l’amélioration de leur cadre de vie sur les plans économique et environnemental. Pour rappel, en février dernier, une journée de sensibilisation sur le tri sélectif des déchets a été organisée dans la circonscription administrative de Chéraga. Les organisateurs ont notamment appelé au dépôt des déchets dans les points dédiés à cet effet et dans des bacs séparés, selon la nature des déchets.
Ainsi, il a été expliqué que les bacs verts étaient destinés aux déchets organiques, les jaunes aux déchets recyclables, comme le plastique, le verre et le carton, et les blancs pour le pain. Le chargé du suivi du tri sélectif de la wilaya d’Alger, Abdelali Berkani, a indiqué qu’ « après la période d’essai du tri sélectif ayant touché comme première étape 34 quartiers à Alger, l’opération a été étendue à plus de 230 quartiers et 80 sites de tri à travers les 13 circonscriptions de la capitale, en poursuivant : «malgré ça, rien n’est encore acquis, puisque la généralisation de ce procédé n’est pas pour demain et le changement des mentalités constitue une sérieuse entrave, car il faut rappeler que dans des quartiers du centre d’Alger et dans des sites balnéaires, concernés dans un premier temps par le tri sélectif des déchets, le comportement incivique de certains habitants était inacceptable »a-t-il ajouté. « Les bacs à ordures pour le pain n’ont pas tardé à être remplis d’ordures ménagères, le pain est mélangé avec d’autres détritus ou complètement jeté par terre » a-t-il conclu.

Lilia Sahed