CNAPEST

TOUT EN MAINTENANT LE BOYCOTT ADMINISTRATIF : Le CNAPESTE renoue avec la grève après les vacances

À l’issue de la troisième réunion de son conseil national organisée mercredi et jeudi derniers à Blida, le Conseil national du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a décidé de poursuivre son mouvement de contestation entamé le début du mois de novembre passé, après les vacances d’hiver devant s’achever le 1er janvier 2022.

Ainsi et suite à sa non satisfaction de la réponse de la tutelle pour la prise en charge de ses revendications et avec laquelle il s’était entretenu le 4 décembre dernier, le Cnapeste maintient donc le mot d’ordre de la contestation caractérisée par une grève de deux jours reconductible chaque semaine, ainsi que les rassemblements avec au programme un rassemblement national dont la date sera fixée ultérieurement. Le même syndicat compte également poursuivre le boycott des différentes activités administratives, dont l’élaboration des bulletins scolaires de fin de trimestre.
En effet, les enseignants affiliés au Cnapeste ne comptent pas communiquer les notes des élèves obtenues dans les différentes matières, ce qui va considérablement impacter l’opération d’élaboration des bulletins. Une situation qui risque de provoquer la colère des élèves et de leurs parents qui sont attendus jeudi prochain pour se rendre dans les établissements scolaires et repérer les bulletins de leurs enfants.
Il est essentiel de rappeler, par ailleurs, que le Cnapeste réclame l’ouverture de nouveaux postes budgétaires, l’augmentation des salaires face au pouvoir d’achat de l’enseignant qui se dégrade de jour en jour, les arriérés non honorés depuis 2018 concernant les promotions et les heures supplémentaires, les promotions gelées depuis trois ans, la revalorisation du point indiciaire, la prime de zone, l’accès au logement et à la médecine du travail. Il demande également la révision du régime indemnitaire qui stagne depuis 2010, les primes de logement, de transport et de panier, qui ne sont pas octroyées aux enseignants.
Ce syndicat a entamé la protestation le 3 novembre 2021, et depuis ce jour, ces dirigeants ont été reçus deux fois par le ministre de l’Éducation, Abdelhakim Belabed, afin de trouver des solutions aux problèmes posés. Cependant, les discussions n’ont pas atteint l’effet escompté puisque la crise semble s’inscrire dans la durée.
Ania Nch