Tizi-Ouzou : Soirée Gospel avec le «Glee Club» de l’université Morehouse

Une soirée Gospel et negro spirituals a été offerte au public de Tizi-Ouzou, mercredi, par le ‘’Glee Club’’ de l’Université Morehouse d’Atlanta en Géorgie (Etats-Unis), qui a donné son premier spectacle en Algérie, sur les planches du théâtre régionale Kateb-Yacine. Chorale crée en 1911, le ‘’Glee Club’’ du l’université de Morehouse a enchanté l’assistance nombreuse, prés de deux heures durant, avec des chansons du patrimoine noire américain, interprétées par des choristes aux performances vocales. Souvent mélancoliques et par moments rythmées, les chansons programmées, racontent à la fois l’Amour spirituel, la paix et l’origine africaine des noirs américains. La première partie du spectacle, dirigé par David Morrow, composée de chants spirituels dont était un moment d’apaisement et de détente, invitant l’âme à se laisser bercer par la voix chaude des choristes interprétant des complaintes qui rappellent les souffrances d’esclaves noirs.
Plus joyeuses d’autres chants tel que « Hallelujah » suivent pour apporter un aire de joie et d’espoir. Le Glee Club fondé en 1911, dans une université privée créée en 1867 afin d’offrir une éducation supérieure aux afro-américains qui ne pouvaient partager l’éducation des blancs dans les Etats du Sud à cause des lois ségrégationnistes, a rendu hommage lors de cette soirée à l’un de ses prestigieux élèves Martin Luther King, en interprétant deux chants ‘’I Have Dream’’ et ‘‘We Shall overcome’’.
Le public attentif qui lançait des bravos et applaudissait la chorale à la fin de chaque interprétation, ne s’est pas fait prier pour accompagner les choristes qui ont interprété ‘’Happy’’ et notamment ‘’Meguru’’ un chant rythmée aux sonorités africaines et du Tam-tam, par des applaudissements et de claquements de doigts. Un moment de partage et de communion que la musique, langage universel, a su créer. L’Interprétation, en fusion entre le Glee Club et les étudiants de l’Instituts national supérieur de musique (INSM) de deux chansons algériennes, ‘’Goumari’’ dans le style musical gnawi, et ‘’Ah aya Zarzor’’ une chanson kabyle, a clôturé le spectacle, marqué par le présence des autorités locales à leur tête le wali, du directeur de l’INSM et du chef de mission adjoint de l’ambassade des Etats-Unis, dans une ambiance joyeuse et festive.