Boubacar Soumaïna

Racisme contre le joueur Boubacar Soumana : Des clubs de Ligue 1 expriment leur indignation

Des clubs de la Ligue 1 algérienne de football, ont exprimé lundi dernier leur indignation contre les propos racistes, dont il a été victime l’attaquant nigérien du NC Magra Haïnikoye Soumana Boubacar, dimanche soir lors du match en déplacement face à la JS Saoura (1-0), dans le cadre de la 24e journée du championnat.

«La Jeunesse sportive de Kabylie s’indigne et s’insurge contre toute forme de racisme», a écrit la JSK sur sa page officielle Facebook, une phrase accompagnée d’un hashtag en anglais «SayNot To Racism» et une affiche d’une poignée de mains de couleurs différentes. Le CR Belouizdad, qui a prêté Soumana pour une saison au NCM, a dénoncé «un dérapage étrange à la société algérienne». «Le match JSS- NCM a été tristement marqué par des propos racistes proférés contre le joueur nigérien Haïnikoye Soumana Boubacar. La direction du CRB condamne avec fermeté ce dérapage étrange à la société algérienne. Le club tient à apporter sa solidarité avec Soumana et l’ensemble des joueurs étrangers évoluant en championnat algérien sans exception», a indiqué le Chabab dans un communiqué.

La JSS se défend et rejette toute accusation
De son côté, Haïnikoye Soumana Boubacar a réagi, non sans se montrer «fier d’être noir» : «A tous ces supporteurs qui se sont pris à moi pour ma couleur de peau lors du match de ce soir contre JS Saoura, je leur dit merci d’être une motivation supplémentaire pour moi, eh oui je suis noir et j’en suis fier.
Depuis que je suis dans ce beau pays, c’est la première fois que je vis des propos raciste pourtant de CRB à NCM j’ai fait tous les stades j’ai rencontré des belles personnes merci pour l’amour et le soutien à chaque fois. Le racisme n’a pas sa place dans nos stades», a-t-il écrit sur sa page Facebook. La JS Saoura, via un communiqué publié sur sa page officielle Facebook, a quant à elle rejeté toute accusation de racisme, tout en pointant du doigt l’entraîneur du NCM Aziz Abbès qui «a mis le feu aux poudres». Le président de la Fédération algérienne (FAF) Amara Charaf-Eddine a également condamné «énergiquement» les actes de racisme «abjectes» dont a fait l’objet le joueur Boubacar Haïnikoye Soumana. «Ancien premier dirigeant du CRB et actuel président de la FAF, je suis profondément indigné par ce nouveau fait raciste, survenu dans l’un de nos stades, et je le condamne de manière claire et avec une extrême vigueur» a-t-il indiqué dans un communiqué, publié lundi, juste après l’ouverture de la réunion mensuelle statutaire du Bureau fédéral. Charaf-Eddine, tout en condamnant une nouvelle fois ces graves dépassements, a appelé «les Pouvoirs Publics à appliquer, avec la célérité et la rigueur nécessaires, les dispositions de cette loi relatives à toutes les manifestations du racisme et de la haine dans les stades».