12.9 C
Alger
23 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
Culture+

Protection du patrimoine culturel : L’importance de l’inventaire scientifique en débat à Batna

L’importance de l’inventaire scientifique dans la mise en valeur et la protection du patrimoine culturel a été souligné, dimanche à Batna, par des spécialistes au cours d’une journée de formation sur «la protection sécuritaire du patrimoine culturel», organisée à la maison de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa au profit des services de la Police.
Mettant l’accent sur la complexité de cette opération qui nécessite «beaucoup de temps et d’efforts», les participants à cette rencontre, intitulée «Le policier et la protection du patrimoine culturel», ont estimé que l’inventaire scientifique aide les services de sécurité et la Police judiciaire en particulier à récupérer «rapidement» les pièces archéologiques volées, car déjà répertoriées et donc leur origine et l’endroit où celles-ci se trouvaient ou étaient exposées, identifiés. «Le secteur local de la culture et le service du patrimoine culturel, en particulier, déploient d’importants efforts pour parachever l’opération d’archivage et de classification du patrimoine culturel local», a souligné le directeur de la culture, Omar Kebbour, précisant que les services compétents ont privilégié durant ces dernières années le travail scientifique de base et réglementaire pour identifier et répertorier le patrimoine que recèle la wilaya de Batna qui comprend un site et un musée classés mondialement, à savoir Timgad et le mausolée Numide du roi Medghacen.
«Le grand défi est d’arriver à classer les monuments et les sites archéologiques pour leur conférer un cachet légal et réglementaire et faciliter, par ricochet, les missions de la Police judiciaire et la justice dans la protection et la préservation du patrimoine culturel national», a ajouté le même spécialiste et chercheur en archéologie.
Les monuments ou autres pièces archéologiques non classés sont considérés comme un patrimoine à sauvegarder et à préserver, mais l’application de la loi demeure difficile car ne figurant pas dans les dispositions de la loi n 04-98 relative à la protection du patrimoine culturel et les articles 106, 107 et 108 stipulant d’appliquer la loi en cas d’atteinte, selon la même source.
Cette journée de formation à laquelle ont pris part des cadres et agents des 17 sûretés de daïras disséminées à travers la wilaya a été mise à profit pour faire connaître le patrimoine culturel de Batna, ses catégories, son importance et les lois promulguées par le législateur algérien pour la préservation et la sauvegarde du patrimoine culturel national (loi 04-98). Pour sa part, le lieutenant Oualid Tabet, chef de la brigade de préservation du patrimoine culturel auprès de la sûreté de wilaya de Batna, a relevé que cette initiative a ciblé les volets théorique et pratique à travers la présentation de conférences et l’organisation de visites de terrain au site et musée ‘Lambèse’, dans la commune de Tazoult, pour voir de près un échantillon du patrimoine culturel.
Une journée de formation similaire au profit des douaniers avait été organisée il y a quelques jours de cela dans le cadre des festivités du mois du patrimoine (18 avril- 18 mai), a rappelé le chef de service du patrimoine culturel auprès de la Direction de wilaya de la culture, Abdelkader Bitame.

Related posts

Année internationale de lumière : un riche programme d’activités scientifiques prévu à Oran

courrier

Malika Bendouda : «Nécessité d’intensifier l’activité culturelle dans toutes les communes du pays»

courrier

Mémoire : El Hachemi Guerouabi, la voix chaude et virile du chaâbi

courrier

Témoignages poignants en hommage à Abdelmadjid Merdaci : « Il s’exprimait, pensait et écrivait sans contrainte »

courrier

Canada : La chanteuse Renée Claude est décédée

courrier

Cinéma : la sortie d’«American Sniper» perturbe le procès du tueur de Chris Kyle

courrier