Messaid-Ayadi

PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE : Le Président nomme un nouveau SG et un Directeur de cabinet

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a nommé hier Mohamed El Amine Messaïd au poste de secrétaire général de la présidence de la République, comme il a nommé Noureddine Ayadi directeur de Cabinet de la présidence de la République.

Selon le communiqué de la présidence de la République, rendu public hier, Abdelmadjid Tebboune a procédé à la nomination de Mohamed El Amine Messaïd au poste de secrétaire général de la Présidence. Il convient de souligner que ce dernier a occupé le poste de directeur de campagne du candidat Tebboune aux présidentielles du 12 décembre, après la démission de Mohamed Baâli pour des raisons qui restent inconnues.
Mohamed El Amine Messaïd est un haut cadre de l’État qui était directeur de cabinet de Tebboune, lorsque l’actuel Président occupait le poste de ministre de l’Habitat et précédemment, chef de cabinet de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui est aujourd’hui en détention à la prison d’El Harrach pour corruption. Mohamed Amine Messaïd, qui avait également occupé le poste de président du Holding tourisme, est un ancien cadre du ministère des Finances. Agé de 66 ans, il est diplômé de l’École nationale du Trésor de Paris.
Concernant Noureddine Ayadi, nommé directeur de cabinet de la présidence de la République, celui-ci s’est consacré à la diplomatie multilatérale durant les années 1980 et 1990 où il a eu à accompagner les différents ministres dans plusieurs conférences internationales sur les grandes questions de l’heure. En 2017 il est nommé secrétaire général du ministère des Affaires étrangères après avoir été successivement ambassadeur en Argentine (2005), au Mali (2010) et dernièrement aux Pays Bas (2015).
Noureddine Ayadi est considéré comme un haut cadre chargé du processus de dialogue inclusif inter-malien, amorcé en juillet 2014. Il a pris part pratiquement à toutes les étapes du processus de paix et de réconciliation au Mali, dont l’Accord d’Alger sur le règlement de la crise malienne signé en 2015 à Bamako.
Par ailleurs, de son parcours professionnel ressort une expérience forte de 36 ans axée tout particulièrement sur les grands dossiers stratégiques internationaux qu’il avait gérés au ministère des Affaires étrangères, puisà la présidence de la République en tant que chargé de mission.
Une période où il a eu à coordonner les travaux du Groupe interministériel chargé du suivi de l’action extérieure de l’Algérie, notamment dans les domaines de la lutte antiterroriste, du crime organisé et de l’immigration clandestine.
Sarah Oubraham