Marche

POUR UNE SORTIE DE CRISE : La société civile se mobilise

Pas moins de 46 associations, syndicats de plusieurs secteurs et différentes organisations, se sont mobilisées afin de trouver une issue à la crise politique que connaît le pays depuis près de trois mois. Ayant organisé une rencontre samedi dernier, pour tracer ses objectifs, ce collectif compte se rencontrer, également, le 25 mai prochain afin de permettre à toutes les parties prenantes de développer leurs propositions permettant de sortir avec une déclaration commune. C’est du moins ce qui a été écrit dans un communiqué rendu public samedi, à l’issue d’une réunion consultative organisée au siège du CNAPESTE à Alger. Les représentants de différents syndicats membres de la Confédération des syndicats algériens (CSA), ainsi que des associations et des organisations se sont entendus sur neuf points essentiels, indique-t-on dans le document. Ainsi, le collectif a d’abord salué cette initiative dont le but ne peut être que bénéfique pour le pays secoué par une crise politique sans précédent. Le collectif s’est également entendu sur la poursuite de la mobilisation dans le cadre du mouvement populaire pacifique tout en veillant sur sa sécurité, sa poursuite et son renforcement. Il a été convenu de la nécessité d’une transition politique démocratique pour une Algérie libre, démocratique et sociale jouissant d’institutions légitimes. Aussi, la même source a exprimé son refus catégorique pour la tenue d’élections présidentielles le 4 juillet prochain, en évoquant la nécessité de répondre aux revendications populaires dont le départ des symboles du système. Évoquant l’Institution militaire, le collectif de la société civile rappelle de son rôle principal qui est celui de veiller sur la stabilité et la sécurité du pays ainsi que des citoyens algériens. Il a également appelé cette Institution à ouvrir un débat franc avec les représentants de la société civile et la classe politique afin de trouver les solutions à la crise dans les meilleurs délais et ce, en réponse aux attentes et aux aspirations du peuple. Pour ce qui est du mouvement populaire pacifique, les participants à la réunion appellent à mettre fin à la répression des manifestants et à libérer les espaces publics. Sur le plan économique, le même collectif appelle les cadres exerçant dans les entreprises économiques et les institutions de contrôles à suivre de prêt la situation économique du pays et à empêcher toutes les tentatives de spoliation, notamment durant la conjoncture actuelle que traverse le pays. Enfin, il assure de sa mobilisation pour l’élargissement du cercle de consultation avec les différentes organisations et associations pour mettre en place une plateforme consensuelle pour une initiative commune qui permettra de répondre à la demande du mouvement populaire pacifique. Parmi les signataires du communiqué, l’on cite entre autres, les 14 syndicats membres de la Confédération des syndicats algériens (CSA), le syndicat des biologistes, le syndicat des fonctionnaires du secteur de la solidarité et de la condition de la femme, le syndicat des pharmaciens privés, l’ordre national des médecins, l’ordre national des chirurgiens dentistes, l’ordre national des pharmaciens. L’on cite également, la coordination nationale autonome des médecins résidents, la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, l’organisation nationale de protection du consommateur, l’association Houria, l’association des oulémas musulmans algériens, l’association nationale des commerçants et artisans et enfin le rassemblement économique algérien.
Ania Nait Chalal