Coronavirus (3)

POINT COVID-19 EN ALGERIE : 159 nouveaux cas positifs et 6 décès en 24h

Le coronavirus a fait 6 morts en Algérie aux cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan total national à 476 décès, a annoncé, hier, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar, soit une hausse d’un mort par rapport au bilan de mardi dernier (5 décès). Le même comité a enregistré aussi, pour ces dernieres 24 heures, 159 nouveaux cas positifs de coronavirus, portant ainsi le nombre total de personnes contaminées confirmées à 4 997 cas. Un recul de 31 cas, par rapport au bilan de mardi dernier qui a fait état de 190 contaminations.
130 nouvelles guérisons ont été également signalées, faisant passer leur nombre à 2197 patients. Blida, Alger, Oran et Constantine sont de loin les wilayas qui ont le plus grand nombre de contaminations dues à la pandémie. Selon le décompte du ministère de la Santé, la catégorie d’âge de la population entre 25 et 60 ans représente 56 % des cas contaminés. Alors que les responsables de la Santé avaient annoncé au début de cette crise sanitaire la fin de l’épidémie du Covid-19 vers l’été et la période de fortes chaleurs, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé que « nous devrons encore vivre longtemps avec ce virus et la situation peut perdurer ». Cela suppose que le confinement des Algériens ne devrait pas être levé de sitôt. Intervenant à la radio nationale, le ministre de la Santé a indiqué que ce n’est pas la hausse de la température qui va faire disparaître le virus, citant en exemple certains pays d’Orient, comme l’Arabie saoudite, qui enregistrent une hausse sensible des contaminations malgré la forte chaleur qu’ils connaissent en cette période.
De ce fait, il a considéré qu’il nous reste encore plusieurs mois à vivre  avec le virus et que « nous ne sommes pas au courant s’il y aura une deuxième vague ou pas. » Réagissant à la hausse du nombre de cas enregistrés ces derniers jours, l’invité de la radio n’a pas caché son inquiétude, tout en liant cette situation aux comportements de la population durant ce mois de Ramadan ou il y avait beaucoup de mouvements surtout avec la réouverture des commerces, mais aussi l’augmentation des centres de dépistage ; d’ailleurs, il s’attend à ce  que les chiffres augmentent encore.
Hamid Mecheri