PAC

Plusieurs joueurs du PAC sollicités à l’étranger : Zetchi se frotte les mains

Que d’informations circulent ces derniers temps à propos de l’intérêt de nombreux clubs européens, pour certains joueurs du Paradou AC qui ont prouvé qu’ils ont un bon niveau, et sont considérés comme des talents sûrs dont il faut investir et les chiper rapidement. Il faut dire que cela ne surprend nullement les observateurs, pour la simple raison que l’académie du PAC s’est adjugé désormais une bonne réputation en matière de formation. Tout cela grâce à ses ambassadeurs en Europe qu’elle a elle-même formés, et parce que les noms ciblés sous la forme de Kadri, Zorgane et Mouali ont un potentiel avéré, et disposent surtout d’une grande marge de progression vu leur jeune âge. Une chose est sûre : nous verrons bientôt ces joueurs et d’autres dans les stades européens, mais la direction du PAC semble avoir changé de politique dans ce registre. Sa politique en matière de marketing semble avoir été un peu modifiée concernant certains points. On sait tous à ce sujet, que la direction de Paradou a souvent transféré ses joueurs à l’étranger à titre de prêt avec option d’achat. Mais après l’échec de certaines transactions, et les difficultés de certains joueurs à s’imposer au sein de leurs nouvelles formations, la direction du club banlieusard de la capitale que préside l’ex-patron de la FAF, Kheireddine Zetchi, a fini par changer de stratégie.
Le PAC oblige désormais tout club désireux de s’attacher les services de l’une de ses pépites à racheter son contrat définitivement. Dans le pire des cas, les joueurs concernés sont transférés à titre de prêt mais avec l’obligation de conclure la transaction une fois la saison terminée, et ce, quelles que soient les circonstances. Une manière de faire par laquelle les dirigeants pacistes soient assurés de tirer profit de ces transferts. Même le transfert de Hicham Boudaoui à Nice avec un montant mirobolant (4 millions d’euros) a donné à réfléchir aux responsables du PAC et les a ainsi poussés à changer leur stratégie dans les négociations avec les clubs européens qui souhaitent faire leur marché au niveau de l’académie paciste.
Le club algérien est devenu de plus en plus exigeant en réclamant des sommes d’argent relativement importantes, tout en imposant plusieurs conditions qui lui garantissent de plus grands bénéfices à l’avenir si le joueur brille.

H. S.