Avion Air Algerie

PERTES FINANCIÈRES D’AIR ALGÉRIE, DE LA SNTF ET l’ENMTV : L’État à la rescousse

Les pertes se comptent par dizaines de milliards de dinars pour les entreprises nationales publiques de transport, du fait de la pandémie du coronavirus. C’est-à-dire, depuis la suspension des liaisons aériennes, maritimes et terrestres, décidées mi-mars dernier, les gros opérateurs nationaux du domaine, la compagnie aérienne Air Algérie, l’entreprise ferroviaire SNTF ou encore Algérie Ferries, filiale du groupe ENMTV ont vu leurs activités complètement paralysées.
Ainsi, plus que jamais interpelé par le déficit abyssal des entreprises de transport, le ministre du secteur, Hani Lazhar, s’exprimant, hier, dans un long entretien télévisé de la chaîne Ennahar, a rassuré du soutien de l’État, lequel « n’abandonnera pas ses entreprises publiques ». Plus pragmatique, le ministre a précisé qu’il sera question de soutiens financiers aux opérateurs publics intervenant dans les transports aérien, maritime et ferroviaire. « Nous allons octroyer des aides financières à toutes les entreprises publiques de transports parmi celles qui sont impactées par la pandémie de Covid-19 », s’est-il engagé. Toutefois, explique-t-il, un travail minutieux devra être mené à l’effet, d’abord, de déterminer avec exactitude les pertes subies par ces opérateurs.
En effet, sur le plan financier, pour ne citer que le cas d’Air Algérie, les pertes subies à cause de la suspension des vols n’a fait qu’aggraver une situation déjà critique sur ce plan. Juin écoulé, son porte-parole, Amine Andaloussi a évoqué le chiffre de 38 milliards de dinars en termes de pertes, alors que le manque à gagner pourrait atteindre, selon lui, les 89 milliards d’ici la fin de l’année.
Pour sa part, la SNTF (Société national de transport ferroviaire), rien que pour la période allant du 20 mars au 29 avril 2020, cite juillet dernier le ministre des Finances, Aymene Abderrahmane, a perdu « 288 millions de dinars dans le transport des voyageurs et 72 millions dans le frêt ».
Abordant la Compagnie aérienne nationale, le même ministre fait état de pertes financières de l’ordre de plus de 16,3 milliards de dinars. «L’estimation des pertes à fin 2020 s’élève à 35 milliards de dinars, sans tenir compte d’un éventuel remboursement des clients», a révélé alors le ministre des Finances.
Enfin, l’ENMTV, sa filiale Algérie Ferries, a perdu du fait de la suspension des dessertes maritimes « 2,5 milliards de dinars, soit l’équivalent de 250 milliards de centimes », selon son P-dg, Ahcène Guerairia, qui s’était exprimé à ce sujet juillet écoulé.
Farid Guellil